full_illustration

Comment devenir chauffeur VTC ?

23-04-2021
4 minutes

Vous aimez conduire et avez le sens du service ? Le métier de chauffeur VTC est peut-être fait pour vous. Cette profession réglementée comporte différentes étapes incontournables qu’il faudra connaître avant de se lancer. En quoi consiste cette activité ? Quelle est la réglementation à respecter ? Comment obtenir votre carte VTC ? Quelle voiture choisir ? On répond à toutes vos questions.

Le métier de chauffeur VTC : présentation 

Le chauffeur VTC (Véhicule de Transport avec Chauffeur) a pour mission de conduire ses clients d’un point A à un point B à bord d’un véhicule confortable et bien entretenu.   

À la différence du chauffeur de taxi, il ne peut pas stationner sa voiture et prendre des clients « à la volée ». Ses courses doivent donc toutes être préalablement réservées. Il n’est pas non plus autorisé à circuler ou stationner sur les voies de taxis ou de bus. 

Le service délivré par un chauffeur VTC relève du haut de gamme :  

  • Il utilise un véhicule homologué (de type berline), toujours propre et en bon état 

  • Il porte une tenue professionnelle, même s’il ne s’agit pas forcément d’un costume-cravate. 

  • Il est attentif aux besoins de ses passagers (tenir ou non la conversation, proposer de la musique, mettre de l’eau à disposition, etc.).  

 

Les qualités requises pour devenir chauffeur ? Ponctualité, aisance relationnelle et courtoisie sont essentielles à l’exercice de ce métier. Sa conduite sera également souple et calme. Des connaissances en matière de mécanique seront un plus.  

Le revenu mensuel d'un chauffeur VTC varie selon son statut : entre 1 800 € et 2 000 € s'il est salarié et jusqu’à 3 000 € s’il est entrepreneur indépendant.  

Pour aller plus loin : Quel est le salaire d’un chauffeur VTC ? 

Information importante

Si vous travaillez en tant qu’indépendant, vous êtes votre propre patron et choisissez seul d'effectuer ou non une course. Une plateforme VTC, comme Uber par exemple, ne peut donc pas exiger que vous travailliez exclusivement pour elle sans vous proposer un contrat de salarié. Il s’agirait en effet de salariat déguisé, situation lourdement punie par la loi.  

 

Les prérequis pour devenir chauffeur VTC 

Avant de vous lancer dans cette activité, vérifiez que vous remplissez ces 3 conditions préalables :  

  • Posséder un permis B depuis plus de 3 ans (ou 2 ans si vous avez suivi la formation en conduite accompagnée)  

  • Avoir effectué une visite médicale auprès d’un médecin agréé qui atteste de votre aptitude physique à exercer cette profession (liste des médecins disponible sur le site de votre préfecture) 

  • Posséder un casier judiciaire vierge de tout délit engendrant une perte de la moitié des points du permis, de délit de conduite sans permis ou de condamnation à 6 mois de prison ou plus 

 

C’est bon pour vous ? Parfait, vous pouvez donc passer à la suite ! 

 

Bon à savoir

Rédiger un business plan est une étape facultative. Elle pourra toutefois se révéler pertinente pour évaluer la concurrence et obtenir des financements, notamment pour l’achat d’un véhicule. 

 

Obtenir votre carte VTC  

Étape suivante : l'obtention de votre carte professionnelle, également appelée carte VTC ou licence VTC. Vous aurez ici 2 options : 

  • Passer l’examen VTC organisé par les Chambres de Métiers de l’Artisanat (CMA) 

  • Faire une demande d’équivalence si vous avez une expérience dans le transport de personnes (chauffeur de bus, ambulancier, chauffeur de taxi, etc.). 

Pour en savoir plus sur les modalités de l’examen et les démarches à suivre, consultez notre guide complet sur la demande de carte VTC.  

Information importante

L’examen VTC est payant. Comptez environ 200 € au moment de votre inscription aux épreuves. 

 

Le renouvellement de votre carte VTC 

Votre carte VTC n’est valable que 5 ans et son renouvellement n’est pas automatique ! Pour la renouveler, pas besoin de repasser l’examen, mais vous devrez :

  • Suivre un stage de formation continue dans un centre agréé afin de contrôler et si besoin rafraîchir vos connaissances sur le métier.  

Choisir votre statut juridique 

Pour créer son activité d’indépendant, un chauffeur VTC peut choisir entre l’entreprise individuelle  (comme la micro-entreprise) ou la société unipersonnelle (EURL ou SASU). 

La micro-entreprise (ou auto-entreprise) se caractérise par sa gestion simplifiée et est idéale pour se lancer. Cependant, en tant que chauffeur VTC auto-entrepreneur, vous êtes soumis à un plafond de chiffre d’affaires annuel de 72 600 €. 

En EURL, la croissance de votre activité ne sera soumise à aucun plafond. Vous aurez le statut juridique de Travailleur Non Salarié (TNS) pour votre protection sociale. Vos bénéfices seront quant à eux soumis à l’impôt sur le revenu, avec possibilité de passer à l’impôt sur les sociétés. 

La SASU compte elle aussi un associé unique. Sa création est légèrement plus complexe qu’en EURL car la rédaction de ses statuts (c’est-à-dire les règles qui la régissent) est moins souple. La SASU présente néanmoins l’avantage de vous faire bénéficier d’une meilleure protection sociale : vous aurez en effet le statut juridique d'entrepreneur assimilé salarié. 

Bon à savoir

Contrairement à la micro-entreprise, la création d’une société vous permettra de déduire vos charges d’exploitation (prix et entretien de votre véhicule, essence, assurances, etc.). Vous pourrez également récupérer la TVA sur vos achats professionnels. 

 

Nos experts sont là pour vous aider à faire votre choix. N’hésitez pas à nous contacter et à consulter notre comparatif sur les statuts pour devenir chauffeur VTC.  

 

Choisir et assurer votre véhicule VTC 

Un véhicule conforme 

Que vous optiez pour la location ou l’achat (neuf ou d’occasion), votre véhicule devra respecter une liste de caractéristiques techniques précises :

  • Compter entre 4 et 9 places, chauffeur compris 

  • Avoir au moins 4 portes 

  • Avoir moins de 6 ans, sauf si elle est catégorisée comme voiture de collection 

  • Disposer d’une puissance nette moteur supérieure ou égale à 84 kW 

  • Avoir des dimensions minimums de 4,5m de longueur sur 1,7m de largeur 

Bon à savoir

Vous n’êtes pas concerné par ces obligations si vous utilisez un véhicule hybride ou électrique. 

 

Une assurance RC Pro 

Les chauffeurs VTC doivent obligatoirement souscrire une assurance Responsabilité Civile Professionnelle (RC Pro). Celle-ci vous couvre en cas de dommage, matériel ou physique, causé à un tiers dans l’exercice de votre activité. Lors d’un contrôle, vous devez ainsi être en mesure de présenter une attestation d’assurance RC Pro. Dans le cas contraire, vous vous exposez à une amende pouvant aller jusqu’à 1 500 €

N’oubliez pas également de souscrire une assurance professionnelle pour votre propre véhicule.

 

S’inscrire au registre national des VTC 

Une fois toutes ces étapes franchies, vous allez pouvoir procéder à votre inscription sur le registre national des exploitants de VTC. Cette démarche est entièrement dématérialisée : vous devrez scanner puis envoyer les différentes pièces justificatives depuis un ordinateur. 

Vous seront demandés : 

  • La copie de votre carte VTC 

  • L'extrait Kbis ou le numéro de SIREN de votre entreprise (ou celle pour laquelle vous travaillez si vous êtes chauffeur salarié) 

  • Une attestation de souscription à une assurance RC pro VTC 

  • Une copie de la carte grise de votre véhicule 

  • Un justificatif de garantie financière, sauf si vous êtes propriétaire de votre véhicule ou qu’il fait l’objet d’une location de plus de 6 mois.

Cette inscription est payante (environ 170 €) et doit être renouvelée tous les 5 ans, comme la carte VTC. Pensez donc à prévoir les frais de renouvellement !

 

Une attestation de registre VTC vous sera alors délivrée et vous aurez la possibilité d’imprimer des macarons provisoires en attendant que vos macarons définitifs vous soient envoyés par courrier (comptez environ un mois après votre inscription au registre). 

Information importante

Les macarons ou vignettes VTC doivent être collés en bas à gauche du pare-brise avant (côté conducteur) et en bas à droite du pare-brise arrière. 

 

Quelles obligations pour un chauffeur VTC ? 

Le contrat de réservation 

On vous le disait, le chauffeur VTC ne peut effectuer une course que si celle-ci a été préalablement réservée par un usager. Pour chacune d’elle, vous devez ainsi établir un contrat de réservation (papier ou électronique) mentionnant les informations suivantes :  

  • Les coordonnées de votre société ou de votre employeur 

  • Les coordonnées téléphoniques de votre client 

  • La date et l’heure de la réservation 

  • La date, l’heure ainsi que le lieu de la prise en charge du passager 

Pas de panique, si vous travaillez pour une plateforme de VTC type Uber, ce contrat est généré automatiquement. Vous n’avez donc pas à vous en occuper ! 

Information importante

Une fois votre course terminée, vous devez retourner à l’adresse de domiciliation de votre entreprise ou vous stationner dans un parc de stationnement ou un garage. Vous n’avez pas le droit de rester sur la chaussée, sauf si vous enchaînez sur une autre course réservée. 

 

Le contrôle technique tous les ans 

Chaque année, vous devrez vous rendre dans un centre agréé par l’État pour faire passer un contrôle technique à votre véhicule. 

Attention, vous ne recevrez pas de convocation. À vous donc de bien mémoriser la date du prochain contrôle.  

 

Vous connaissez maintenant toutes les démarches nécessaires pour devenir chauffeur VTC. Si vous souhaitez créer votre propre entreprise de VTC, vous pouvez vous faire accompagner dans toutes vos démarches par nos experts Simplitoo. N’hésitez pas à les contacter ! 

L’article "Comment devenir chauffeur VTC ?" a été noté 5 sur 5 sur 2 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

80