full_illustration

Comptabilité : tout savoir sur l’immobilisation corporelle

14-06-2022
4 minutes

La tenue d’une comptabilité d'entreprise vous impose d’enregistrer tous les flux financiers de votre activité. Si vous achetez un bien destiné à un usage professionnel, vous devez ainsi inscrire cette opération dans la catégorie des immobilisations corporelles. Que désigne exactement cette notion comptable ? Quelles sont vos obligations ? On vous dit tout sur l’immobilisation corporelle !

Qu’est-ce qu’une immobilisation corporelle ? 

L’immobilisation corporelle : définition 

L’immobilisation corporelle est un élément composant l’actif de votre entreprise. Selon l’Autorité des Normes Comptables (ANC), il s’agit de tous les actifs physiques détenus par votre société. Elle a donc une valeur patrimoniale

Plus précisément, l’immobilisation corporelle désigne des biens corporels qui : 

  • Servent à produire et / ou fournir les biens et services proposés par votre entreprise 

  • Peuvent être loués 

  • Peuvent être utilisés à des fins de gestion interne 

Une immobilisation corporelle est palpable. On dit aussi qu’elle existe physiquement, contrairement à l’immobilisation incorporelle. Il peut s’agir par exemple d’un bâtiment pour vos bureaux, d’un ordinateur ou encore d’un véhicule professionnel. 

Pour être comptabilisées au sein des actifs corporels, ces immobilisations doivent également : 

  • Être utilisés durablement, c’est-à-dire au-delà de l’exercice comptable en cours (12 mois).   

  • Procurer à l’entreprise des avantages économiques et donc générer des flux de trésorerie 

  • Avoir une valeur économique positive 

Le saviez-vous ?

À l’opposé des immobilisations se trouve l’actif circulant. Il désigne les ressources utilisées de façon ponctuelle ou susceptibles d’évoluer à court et moyen termes, comme la main d’œuvre, les stocks ou encore les créances (sommes dues par vos clients). 

 

La liste des immobilisations corporelles 

Les ressources considérées comme des immobilisations corporelles sont répertoriées dans les comptes dits « classe 21 » du Plan Comptable Général (PCG).  

Voici la liste des biens recensés comme immobilisation corporelle :  

  • Les terrains (nus, aménagés, bâtis, etc.) 

  • Les agencements et aménagements de terrains (par exemple des clôtures) 

  • Les constructions sur sol propre (notamment les bâtiments) 

  • Les installations, matériel et outillage techniques 

  • Les collections et œuvres d’art 

  • Les installations générales, agencements et aménagements divers (par exemple des travaux de construction sur un terrain pour exercer votre activité) 

  • Les matériels de transport (par exemple votre véhicule de fonction) 

  • Le matériel de bureau et informatique (chaises, bureau, ordinateurs, réseau informatique) 

  • Le mobilier de votre entreprise  

  • Le cheptel (cas particulier applicable aux activités agricoles) 

Bon à savoir

Le Plan Comptable Général (PCG) est une réglementation qui s’applique à toutes les entreprises françaises. Ce recueil de normes donne les lignes directrices à suivre pour produire votre comptabilité d’entreprise et éditer vos documents comptables (bilan ou compte de résultats par exemple). 

 

L’évaluation de l’immobilisation corporelle 

Pourquoi évaluer les immobilisations corporelles ? 

Concrètement, estimer le montant de ces ressources vous aide à prévoir le prix d’une partie de vos charges. En effet, l’immobilisation corporelle engendre un coût pour votre entreprise, que vous devez amortir grâce à vos recettes. On parle alors de coût fixe car celui-ci évolue rarement et sur de longues périodes. 

L’évaluation de vos immobilisations corporelles vous oblige également à mesurer l’état des biens. Sont-ils neufs ? Quel est leur degré d’usure ? Sont-ils encore rentables ? En d’autres termes, l’évaluation vous permet de savoir à quel moment renouveler vos immobilisations corporelles. 

Quand faire l’évaluation ? 

Les ressources comprises comme immobilisations corporelles sont estimées à différents moments de la vie de votre entreprise :  

  • Lors de l’entrée dans le patrimoine  

  • Lors de l’inventaire du patrimoine 

  • Lors de l’arrêté des comptes, c’est-à-dire au moment du dépôt des comptes annuels  

  • Lors de la sortie du patrimoine 

À l’entrée de l’immobilisation corporelle dans le patrimoine 

Si vous avez acheté un bien pour votre entreprise, la valeur retenue est son coût d’acquisition. Il comprend le prix d’achat (moins les éventuelles réductions) mais également les frais accessoires : 

  • Coût de préparation  

  • Frais de transport et de manutention 

  • Frais d'installation 

  • Coût éventuel de sa destruction lors de sa mise au rebut 

Si vous avez produit le bien, vous devrez retenir le coût de production. Celui-ci inclut le prix des matières premières utilisées, en plus du coût de la main d’œuvre pour le fabriquer.  

Si vous avez acquis ce bien gratuitement, son montant est estimé d’après la valeur vénale. Il s’agit du montant que vous obtiendriez en vendant ce bien. Par exemple, un ordinateur entre dans votre patrimoine gratuitement : sa valeur dépend du prix de ce produit sur le marché actuel.  

À l'inventaire et l’arrêté des comptes 

À l’approche de la fin de l’année comptable, vous devrez procéder à l’évaluation des immobilisations corporelles, en tenant compte de leur perte de valeur. C'est ce qu’on appelle l’amortissement. Ce mécanisme vous permet ainsi de déduire l’usure du bien de son prix initial. On dit alors qu’il faut retenir le coût historique amorti

À la sortie de l’immobilisation corporelle dans le patrimoine 

La sortie du patrimoine correspond par exemple à la vente du bien ou encore à sa mise au rebut (arrêt de son utilisation).  

Dans ce cas, il faut retenir la valeur nette comptable. En d’autres termes, il s’agit de la valeur brute du bien (lors de l’entrée et de la réévaluation), diminuée de l’ensemble des amortissements et des dépréciations. 

Information importante

Si un bien a une valeur d’acquisition inférieure à 500 euros hors taxes, il peut être comptabilisé directement dans les charges. 

 

Les autres types d’immobilisation 

L’actif se compose également d’autres types d’immobilisations :  

  • Les immobilisations incorporelles 

  • Les immobilisations financières 

Les immobilisations incorporelles 

Une immobilisation incorporelle est un actif sans aucune substance physique. C’est sa différence majeure avec les immobilisations corporelles.  

Par exemple, il peut s’agir d’un brevet sur une invention, un logiciel ou encore d’un fichier clients. 

Les immobilisations financières 

Une immobilisation financière est un actif monétaire durable. Autrement dit, on y retrouve :  

  • Les titres immobilisés, par exemple un droit de propriété ou un droit de créance détenu par votre entreprise 

  • Les comptes de placement à long terme ou rémunérés, c’est-à-dire l’argent de votre entreprise déposé dans le but de faire du profit 

  • Les prêts accordés par votre entreprise à des tiers 

  • Les dépôts et cautionnements versés par votre entreprise (il s’agit des engagements à payer la dette de quelqu’un d’autre) 

  • Les intérêts perçus par votre entreprise au titre de participations 

 

Immobilisation corporelle : les questions les plus fréquentes 

Qu’est-ce l’actif en comptabilité d’entreprise ? 

L'actif regroupe les éléments de votre patrimoine qui génère une valeur positive. En d’autres termes, il s’agit des biens ou des fonds financiers dont votre société dispose directement pour faire fonctionner votre activité (un local, du matériel informatique, des sommes d’argent sur un compte bancaire professionnel, des droits de créance, etc.).  L’actif doit constituer un avantage économique futur pour votre entreprise, c’est-à-dire créer de l’argent pour votre activité. 

Les immobilisations corporelles font partie de l’actif de votre entreprise. 

Qu’est-ce que le passif ? 

Le passif incarne tout ce que votre entreprise doit à d’autres personnes : fournisseurs, établissements bancaires, investisseurs, salariés, etc. Par exemple, le passif comprend les dettes contractées, les remboursements d’emprunt, les charges dues à l’État, etc. Dans cette partie du patrimoine, vous retrouvez les éléments ayant une valeur négative, autrement dit engendrant une sortie d’argent de votre entreprise. 

Quelles sont les catégories d’immobilisation ? 

On distingue 3 catégories d’immobilisation : 

  • les immobilisations corporelles : élément physique du patrimoine de l’entreprise ayant une valeur positive (actif) et voué à être utilisé durablement 

  • les immobilisations incorporelles : actif de l’entreprise sans substance matérielle ni financière (brevets, licences, droit au bail, etc.) 

  • les immobilisations financières : actif financier dont l’utilisation est durable pour l’entreprise (titres de participation, droits de créances, etc.) 

Les immobilisations corporelles sont-elles amortissables ? 

Oui ! L’amortissement permet d’étaler le coût d’achat d’un bien sur sa durée d’utilisation. Cette durée varie selon la nature de l’actif : 3 ans pour le matériel informatique, 5 ans pour les véhicules ou encore jusqu’à 10 ans pour les machines industrielles. L’objectif : tenir compte de la valeur réelle de l'immobilisation au moment de son évaluation.  

 

Vous en savez désormais plus sur l’immobilisation corporelle en comptabilité. Encore des difficultés pour appréhender ces notions (on vous comprend) ? Les équipes de Simplitoo sont spécialisées dans toutes les démarches concernant votre entreprise. N’hésitez pas à contacter nos experts pour être accompagné de A à Z dans la gestion de votre activité ! 

L’article "Comptabilité : tout savoir sur l’immobilisation corporelle" a été noté 0 sur 5 sur 0 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

40