full_illustration

Qu’est-ce qu’une franchise ?

08-10-2020
3 minutes

Subway, Alain Afflelou, Body Minute, Jacques Dessanges, O’Tacos, Brioche Dorée... Toutes ces marques fonctionnent sur le principe de la franchise. Le succès est d’ailleurs flagrant puisque le nombre de magasins franchisés a augmenté de presque 50 % en dix ans. Vous êtes tenté par la promesse d’un concept clef en main, mais souhaitez en savoir plus avant de vous lancer ? Suivez le guide, on vous explique tout !

Subway, Alain Afflelou, Body Minute, Jacques Dessanges, O’Tacos, Brioche Dorée... Toutes ces marques fonctionnent sur le principe de la franchise. Le succès est d’ailleurs flagrant puisque le nombre de magasins franchisés a augmenté de presque 50 % en dix ans. Vous êtes tenté par la promesse d’un concept clef en main, mais souhaitez en savoir plus avant de vous lancer ? Suivez le guide, on vous explique tout ! 

 

La franchise : qu’est-ce que c’est ?

La franchise est tout simplement un accord entre une société (le franchiseur) et une autre (le franchisé.) 

Cet accord est fixé par un contrat, où le franchiseur autorise son futur franchisé à exploiter ses produits, ses services, sa marque et son concept de vente. Vous le devinez, il y a bien sûr une contrepartie financière à la clef pour celui qui vous prête sa marque et son concept. Elle peut prendre plusieurs formes, comme :  

  • Un droit d’entrée, c’est-à-dire une somme d’argent versée à la marque pour intégrer son réseau de franchises 

  • Un apport personnel. Il s’agit ici d’un montant dont le franchisé doit disposer avant même de faire un prêt à la banque. Autrement dit, il s’agit des économies du candidat à la franchise. Bien souvent cet apport personnel doit représenter au moins 30 % du montant total de l’investissement.

  • Des redevances de franchises. C’est un pourcentage du chiffre d’affaires hors taxes que le franchisé reverse à son franchiseur chaque mois ou chaque année. On les appelle souvent royalties

  • Des redevances de fonctionnement : le franchiseur peut mettre à la disposition de son franchisé une série de services pour l’épauler dans ses tâches, mais ceci n’est pas systématique. Cette aide peut prendre la forme d’un service comptable, informatique ou logistique. Le franchisé devra alors s’acquitter de ces redevances tous les mois ou tous les trois mois. 

  • Des redevances publicitaires, qui constituent une somme versée par le franchisé à son franchiseur afin de contribuer aux efforts marketing de l'enseigne, qui sont censés lui profiter directement.  

Ces formes de contreparties financières se cumulent entre elles selon les franchiseurs. Naturellement, plus une marque est populaire et lucrative, plus les contreparties pour les candidats à la franchise seront élevées !

Pour matérialiser la collaboration entre le franchiseur et le franchisé, mais aussi faire le point sur tous les éléments nécessaires à la bonne exploitation de la marque, un contrat est établi. C’est ce que l’on appelle le contrat de franchise :  

  • Il vous permet d’utiliser le nom, le logo et le slogan de la marque... Bref, tous les signes qui caractérisent et identifient le franchiseur que vous avez choisi. 

  • Il fixe les modalités de transmission du savoir-faire de la marque pour vous et vos futurs employés. 

  • Il indique les assistances commerciales et techniques dont vous pouvez bénéficier (décoration, disposition des locaux, recrutement du personnel, etc.) 

  • Il peut également spécifier le rayon géographique autour duquel le franchisé aura le monopole d’exploitation de la marque. Cela signifie que le franchisé peut être assuré d’être le seul exploitant de la marque sur un territoire donné. 

 

Il existe en France plus de 2000 réseaux de franchises. Dans la pratique, on en distingue cependant trois grands types : 

  • La franchise de distribution : le franchisé va vendre des produits de la marque de son franchiseur. Bien souvent, dans le contrat de franchise il figure une clause d’exclusivité ou de quasi-exclusivité. Cela signifie que le franchisé devra uniquement se procurer et vendre des produits venant de son franchiseur. Exemple : Yves Rocher, ou Jeff de Bruges. 

  • La franchise de service : le franchisé a pour rôle de réaliser des prestations de service en accord avec les recommandations données de la franchise. Exemple : les salons de coiffure Dessange ou les garagistes Midas. 

  • La franchise de production ou franchise industrielle (moins connue du grand public) : le franchisé se dédie à la fabrication des produits de son franchiseur. Exemple : Coca-Cola ou Yoplait. 

 

Les franchises existent dans de nombreux secteurs : alimentation, beauté, coiffure, hôtellerie, restauration, aide à la personne, etc. Vous avez l’embarras du choix !

  

Les avantages de la franchise

La France est le premier pays européen en nombres de franchiseurs. Si cette forme d’entrepreneuriat a autant le vent en poupe, c’est parce qu’elle présente de nombreux avantages, aussi bien pour les franchisés que pour les franchiseurs. 

 

Les avantages pour le franchisé : la recette de la réussite

Pour schématiser, le contrat de franchise est un peu comme une recette de cuisine, qui, si elle est suivie à la lettre, vous assure succès et rentabilité !  

Premièrement, vous bénéficiez de l’image de marque de votre franchiseur. Les clients vous connaissent et sont automatiquement rassurés. Vous avez moins besoin de faire vos preuves, car les produits et services leur sont déjà familiers. Vous profitez de la notoriété de votre franchiseur, et ce, dès votre installation. Ce qui n’est pas aussi simple lorsque vous démarrez en solo avec votre propre concept.   

Deuxièmement, en faisant partie d’un réseau, vous êtes épaulé tout au long de votre aventure. Le franchiseur vous apporte une assistance commerciale, technique et logistique. Vous savez donc ce que vous faites, et prenez en conséquence des risques modérés. 

Enfin, le franchiseur met à votre disposition son savoir-faire. En clair, vous profiterez de tout le travail qu’il a réalisé pour assurer le succès de la marque, mais aussi de l’expérience qu’il a accumulée. 

Ainsi, vous gagnez un temps considérable : avant même de commencer, vous connaissez déjà les produits ou services qui sont les plus plébiscités par les clients en plus des méthodes de ventes adéquates.  

 

Les avantages pour le franchiseur : un levier de développement

Pour le créateur d’un réseau de franchise, collaborer avec plusieurs franchisés est un bon moyen de développer son entreprise sur de nombreux territoires (en France ou ailleurs) sans pour autant réaliser lui-même tous les investissements financiers nécessaires. Grâce au partage des investissements financiers avec les franchisés, le franchiseur prend moins de risques, tout en continuant de développer la notoriété de sa marque et d’engranger des bénéfices grâce aux redevances et droits d’entrée versés.

Par ailleurs, un franchiseur peut tirer parti des connaissances de terrain de ses franchisés, afin de développer ou adapter son offre en fonction de chaque territoire et de ses spécificités. Il peut même proposer à son franchisé d’accompagner le développement d’autres boutiques au sein d’un même territoire. 

 

Les inconvénients de la franchise

Malgré ses nombreux avantages, le système de la franchise n’est cependant pas exempt d’inconvénients. Avant de vous lancer, il convient donc d’en être conscient. Cette lucidité vous aidera à faire les bons choix et mettre toutes les chances de votre côté pour votre aventure entrepreneuriale.

Les inconvénients pour les franchisés : une perte d’autonomie

Faire partie d’un réseau de franchise est généralement synonyme d’un investissement financier conséquent dès la création de votre entreprise. Le plus souvent, vous devrez vous acquitter d’un droit d’entrée pour ouvrir votre commerce au nom de la marque. Son montant est généralement de plusieurs milliers d’euros (voire des centaines de milliers d’euros dans le cas de McDonald’s par exemple).

Ensuite, vous devez avoir des économies suffisamment importantes pour attester de la solidité financière de votre projet. Bien souvent le franchiseur attend que vous ayez un apport personnel assez conséquent (par exemple Midas demande 60 000 € et Yves Rocher 20 000 €). C’est le franchiseur lui-même qui fixe le montant minimum de l’apport personnel.  

En plus d’un investissement de départ, vous devrez également vous acquitter de redevances de franchise tout au long de la vie de votre entreprise. Additionnées, ces sommes peuvent être conséquentes, d’autant plus qu’elles sont calculées sur un pourcentage de votre chiffre d’affaires et non pas de votre bénéfice. Cela signifie que même si votre affaire n’est pas rentable, vous devrez verser ces sommes au franchiseur. Il faudra donc veiller à les prendre en compte avec minutie lors du calcul de la rentabilité potentielle de votre projet.

Le saviez-vous ?

Le jour où vous voudrez céder votre entreprise, vous devrez présenter au franchiseur un repreneur. Il appartient ensuite à votre franchiseur d’accepter ou de rejeter la candidature que vous lui soumettez.  

Étant donné que vous absorbez la marque, les produits et les règles de votre franchiseur, vous perdez automatiquement en liberté ! Vous n’êtes pas seul à bord, et êtes donc soumis à la stratégie commerciale, à la gamme de produits, aux services et aux méthodes de communication imposées par le réseau auquel vous appartenez.

Le choix d’opter pour une franchise dépend donc de vos objectifs personnels, mais aussi de votre préférence entre une promesse de rentabilité et une perte d’autonomie. Entre les divers avantages et inconvénients, vous avez à présent toutes les clefs pour prendre une décision en accord avec votre projet.  Dans tous les cas, notre équipe peut vous accompagner dans votre projet de création d’entreprise ! 

L’article "Qu’est-ce qu’une franchise ?" a été noté 0 sur 5 sur 0 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

31