full_illustration

Comment devenir coach de vie ?

21-10-2021
3 minutes

Le coaching a vu le jour aux États-Unis dans les années 1990. Longtemps associé aux célébrités, le métier de coach de vie (ou life coach) connaît aujourd’hui un succès exponentiel. Expert en développement personnel, le coach de vie détermine pour ses clients les étapes nécessaires pour accomplir leurs objectifs de vie ou résoudre leurs problèmes, quels qu’ils soient. Vous avez envie de motiver les autres et de devenir coach de vie ? Voici toutes les questions à se poser avant de vous lancer dans ce métier du développement personnel en tant qu’entrepreneur. Suivez le guide !

Qu’est-ce qu’un coach de vie ? 

Les missions du coach de vie 

Le coach de vie (ou life coach) conseille et accompagne des individus pour les aider à atteindre des objectifs personnels ou les aider à dépasser leurs problèmes au cours de leur vie. Le coach en développement personnel partage son expertise à travers une méthode qu’il délivre lors d’une formation ou d’un accompagnement individuel pas à pas.  

Votre métier consiste à aider votre client à identifier les freins et les blocages inhibant la mise en œuvre de solutions, l’accompagner dans son plan d’action et être en capacité, une fois votre accompagnement terminé, de mener une évaluation de celui-ci. En tant que coach, votre travail porte également sur des problèmes concrets et variés : comment vaincre sa timidité pour parler en public, mieux gérer son temps, apprendre à dire non ou encore à dépasser ses limites... 

Bon à savoir

En France, plusieurs associations représentent les coachs de vie comme la Société Française de Coaching (SFCoach), l’European Mentoring and Coaching Council ou encore le Conseil Européen du Coaching, du Mentorat et de la Supervision (E.M.C.C). On compte environ 450 professionnels accrédités par ces organisations professionnelles référentes. 

Coach ou thérapeute ? 

La frontière peut parfois sembler floue entre un coach et un thérapeute. Pour schématiser, on peut dire qu’un thérapeute, et notamment un psychologue, est un professionnel diplômé et autorisé à exercer, qui va utiliser des techniques éprouvées pour aider son patient à comprendre les blocages qu'il rencontre dans sa vie. 

L’approche et la méthode sont différentes : là où le psychologue va laisser son patient trouver par lui-même les éventuelles solutions à ses problèmes, le coach en développement personnel, qui est davantage orienté vers l’action, va dresser un plan d'attaque avec des étapes à mettre en œuvre.  

Les deux professions ne sont pas nécessairement contradictoires. Le métier de coach peut tout à fait s’exercer en complément d’une activité de psychologue ou encore de diététicien. Dans ce cas, le coaching sera une approche complémentaire des méthodes employées dans le cadre de l’activité principale.  

En tant que coach en développement personnel, attention cependant à ne pas endosser le rôle d’un thérapeute si vous n’êtes pas qualifié pour cela. 

Le saviez-vous ?

D’autres métiers ont pour but le bien-être des personnes : sophrologuesnaturopathes... N’hésitez pas à créer votre propre réseau de professionnels. Cela permettra peut-être de créer des synergies et de trouver de nouveaux clients.

  

Formations et qualités indispensables 

Qualités pour devenir coach de vie 

Devenir coach de vie nécessite d’être doté de plusieurs qualités. En premier lieu, vous devez avoir le sens du contact, c’est-à-dire savoir écouter vos clients et les comprendre, tout en gardant une relation professionnelle avec eux.  

La patience est également une qualité indispensable car toutes les situations sont différentes et demandent donc plus ou moins de temps pour les résoudre.  

Enfin, en tant qu’entrepreneur, des compétences en marketing et en gestion d’entreprise vous seront utiles pour gérer votre activité et attirer de nouveaux clients ! 

Se former au métier de coach : faut-il être diplômé ? 

À ce jour, la profession de coach de vie n’est pas réglementée en France. Par conséquent, il n’existe pas de certification spécifique pour prouver vos compétences. Les associations qui fédèrent les coachs proposent parfois des accréditations, parmi lesquelles on peut citer :  

  • L'accréditation par SF Coach de la formation en coaching proposée par MHD Formation  

  • L’accréditation par l’ICF de la formation proposée par l’institut international de coaching de Genève.  

Même si ce n’est pas une obligation, se former auprès d’un établissement reconnu pourra constituer un gage de sérieux et de crédibilité auprès de vos clients.  

Une formation pour devenir coach de vie peut durer entre quelques jours et un an et coûter entre 700 € et 4000 €. Faites donc attention à bien sélectionner l’institut où vous vous formez. En effet, ni le coût ni la durée de la formation ne garantissent un bon enseignement. 

Renseignez-vous auprès des principales associations du métier, comme la SF Coach ou l’EMCC pour connaître les meilleurs moyens et formations pour devenir coach de vie. 

Le saviez-vous ?

De nombreuses formations pour devenir coach de vie peuvent s’effectuer en ligne, si vous souhaitez les suivre à distance. 

Monter son projet de coaching 

Comme tout projet, devenir coach de vie nécessite une préparation. Quel va être votre plan d’action ? 

Étudiez vos concurrents 

Pour pouvoir lancer votre entreprise de coaching, vous allez d’abord devoir vous renseigner sur le marché existant. Qui sont vos concurrents et que proposent-ils ? Étudiez la façon dont ils présentent leur activité afin de pouvoir vous positionner au mieux.  

Choisir ses méthodes de coaching 

Chaque coach a ses méthodes de prédilection pour lever les blocages de ses clients, acquises lors de ses formations. Parmi celles-ci, on peut citer la programmation neuro-linguistique (PNL). Cette école permet de développer ses potentiels en s’appuyant sur l’interaction entre pensée, langage et gestuelle, l’analyse transactionnelle. Elle propose des clés de lecture pour la compréhension des problèmes interpersonnels. Une autre école est le modèle SPIRE, dont l’objectif est de faire découvrir à la personne coachée comment ses comportements et ses croyances peuvent l’affecter négativement.

Bien fixer ses tarifs   

La rémunération des coachs de vie est variée. Elle dépend de leur spécialité éventuelle, de leur expérience, mais aussi de leur notoriété. En moyenne, comptez environ 100 € à 200 € par séance d’une heure en fonction de la spécialité choisie. Des forfaits peuvent être appliqués si vous intervenez sur plusieurs cours pour une même mission, en fonction des objectifs de la personne coachée.

Souscrire une assurance  

L’assurance de responsabilité civile professionnelle (dite RC Pro) n’est pas obligatoire pour les coachs de vie. Elle est pourtant recommandée car elle vous prémunit de tout dommage matériel ou de personne qui pourrait survenir dans le cadre de votre métier. Vous cherchez une offre compétitive ? Adressez-vous à notre partenaire Coover pour bénéficier des meilleures offres !

 

Quelle forme juridique choisir pour votre activité de coaching ? 

L’auto-entreprise, une fausse bonne idée 

Si l’auto-entreprise semble être l’option la plus évidente pour lancer son entreprise de coaching, elle n’est pourtant pas la plus adéquate pour faire évoluer votre business. En effet, en auto-entreprise, votre chiffre d’affaires est limité (72 600 € par an) et vous ne pourrez pas déduire vos frais professionnels. Cela signifie que vous payez des charges dessus. Ce système peut vite s’avérer désavantageux, notamment  si vous vous déplacez beaucoup à la rencontre de vos clients pour vos formations. 

L’EURL ou la SASU, des options à privilégier pour un projet ambitieux 

A contrario, en EURL ou en SASU, votre chiffre d’affaires ne sera pas plafonné et vous pourrez en déduire vos charges. En clair, vous ne payez des impôts et des charges sociales que sur vos bénéfices.  

Mais quelles sont les différences entre ces deux formes de sociétés destinées aux entrepreneurs qui se lancent seuls ? 

La protection sociale 

En tant que gérant d’EURL, vous êtes considéré comme un travailleur non salarié (TNS), que vous perceviez une rémunération ou pas. Vous devez régler des cotisations sociales minimales et bénéficiez alors d’une protection sociale de base.  

En comparaison, le président de SASU qui se verse un salaire bénéficie d’une couverture sociale étendue grâce à la qualité d’assimilé salarié. S’il ne se verse pas de rémunération, il ne paie pas de cotisations sociales (alors qu’en EURL il y aura toujours un minimum à verser, même en l’absence de rémunération) et n’est donc pas couvert. Cette dernière option peut être intéressante au lancement d’une activité. 

La fiscalité  

En EURL, vous êtes assujetti à l’impôt sur le revenu, avec une possibilité d’opter pour l’impôt sur les sociétés pendant une période de cinq ans. En SASU, vous êtes soumis à l’impôt sur les sociétés avec la possibilité d’opter pour l’impôt sur le revenu pour une période de cinq ans.  

Les formalités de création 

L’EURL convient bien aux entrepreneurs qui souhaitent bénéficier d’un cadre légal très précis, car ses statuts sont quasiment prérédigés. À l’inverse, la SASU permet une plus grande personnalisation des statuts, ce qui peut nécessiter l’appui d’un professionnel du droit !  

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous reporter à notre comparatif entre SASU, EURL et le statut auto-entrepreneur. 

 

Trouver ses premiers clients  

Au lancement de votre activité de coach de vie, vous ne pourrez peut-être pas tout de suite vivre de votre activité. Voici quelques astuces pour développer rapidement votre clientèle. 

Bien communiquer 

Pour vous démarquer de vos concurrents, vous devez estimer votre budget communication. Un site internet vitrine et une activité ciblée sur les réseaux sociaux (Twitter, Instagram, YouTube, etc.) vous feront connaître plus largement que le simple bouche-à-oreille. Preuve en est, les coachs de vie les plus connus ont souvent des chaînes YouTube ou TikTok qui permettent aux personnes intéressées de suivre leur activité et éventuellement plus tard de les consulter. Les réseaux sociaux sont de bons supports marketing et peuvent devenir votre caisse de résonance, soignez votre image !

Choisir un mode d’exercice qui vous rend accessible 

Si le coach intervient chez un client particulier, il n’a pas forcément besoin d’un local professionnel. De manière générale, les débutants interviennent le plus souvent au domicile des personnes coachées ou dans un espace neutre comme un café. Cela implique d’autres frais liés à vos déplacements ! En revanche, si vous souhaitez travailler directement dans votre cabinet ou avoir un exercice mixte, vous devrez trouver un local professionnel.  

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre article sur le bail professionnel.  

Figurer sur les fonds de financement à la formation 

Et si vos clients pouvaient payer leurs séances grâce à des aides à la formation ? C’est en effet possible. Si vous souhaitez que votre activité soit éligible aux fonds de financement de la formation, vous devez d’abord être référencé en ligne sur la base de données Data-dock. Elle assure depuis 2017 un contrôle qualité des organismes de formation professionnelle. Vous devrez pour cela répondre à des critères de qualité sur les objectifs de la formation, le suivi pédagogique que vous prodiguez et vos qualifications professionnelles. 

Vous pouvez également solliciter un label qualité de votre formation auprès du CNEFOP. 

 

Vous avez à présent toutes les clefs pour vous lancer comme coach de vie ! N'hésitez pas à faire appel aux services de Simplitoo pour toutes vos démarches de création de société : nos experts formalistes vous accompagnent de A à Z pour donner vie à votre projet. Le tout, 100 % en ligne. Alors, contactez-nous ! 

L’article "Comment devenir coach de vie ?" a été noté 4 sur 5 sur 1 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

66