full_illustration

Comment ouvrir un salon de tatouage ?

28-10-2021
5 minutes

Encore confidentiel au début des années 1980, le tatouage séduit aujourd’hui un large public, à tel point que la France compte aujourd'hui 5000 salons de tatouage. Les styles se sont également multipliés, du portrait réaliste en passant par les motifs maoris ou encore la couverture de cicatrices : les possibilités sont aujourd’hui quasiment infinies. Les artistes dotés d'un talent de dessinateur, d’un style personnel et d'une rigueur certaine ont donc la possibilité de se faire une place sur ce marché dynamique. Vous souhaitez ouvrir un salon de tatouage, et faire de votre passion votre métier ? Laissez-vous guider, on vous explique tout !

Tatoueur, une profession en réalité ancestrale 

Un métier de passionnés et d'artistes 

Un salon de tatouage n'est pas un simple commerce, ni même une entreprise ordinaire de prestations de services. Réaliser un tatouage est une véritable œuvre artistique qui nécessite d’avoir du talent et des compétences en dessin. Si le tatoueur peut débuter en autodidacte dans son art, il doit également faire preuve de curiosité pour connaître les différents styles et les créations des artistes en vogue. En effet, le monde du tatouage est traversé par des tendances (woodcut, réaliste, old school, watercolour, biomécanique...) qui évoluent et se renouvellent régulièrement en fonction des demandes de la clientèle. La connaissance de l’art, l’observation et la recherche de nouveauté représentent une part importante du métier de tatoueur, y compris avec les clients qui apportent souvent leurs idées de designs.  

 

Il est difficile d'avoir une idée précise du chiffre d'affaires réalisable avant d'ouvrir un salon de tatouage. En moyenne, on peut compter autour de 30 000 € par an au démarrage pour un tatoueur seul. Plusieurs critères sont à prendre en compte : la nature de votre projet artistique, les techniques maîtrisées, le réseau de contacts, le nombre d’associés du salon... Par ailleurs, les prix pratiqués varient de quelques dizaines à plusieurs centaines d'euros par heure, en fonction de la notoriété du tatoueur et de la zone géographique où il exerce.  

Établir un business plan peut être d’une aide précieuse dans les démarches de lancement, afin de  cerner sa clientèle et de bien fixer ses prix. Le business plan va en premier lieu vous permettre d’identifier l’opportunité de lancer votre activité de tatouage ! 

 

Les compétences et qualités humaines requises 

Le tatoueur dispose d'un important savoir-faire technique. Il utilise une machine à tatouer (un dermographe) qu'il doit bien évidemment savoir régler et manier. Il possède également une connaissance experte de la réglementation relative aux encres, dont certaines peuvent provoquer des allergies. Certains tatoueurs peuvent également faire le choix de n’exercer qu’avec des encres utilisant des pigments naturels ou véganes, et l’utiliser comme un argument différenciateur face à la concurrence. 

 

Par ailleurs, la réalisation d'un tatouage n'est pas un acte anodin. Le client livre au professionnel une partie de son histoire qui motive souvent le dessin demandé. Le tatoueur doit donc se tenir à l'écoute et faire preuve de qualités relationnelles. Il peut aussi, à l’inverse, refuser d'exécuter un travail qu'il estime inadapté, sans porter de jugement de valeur. Enfin, il doit souvent rassurer ses clients au sujet de la douleur générée par l'acte de tatouer. 

 

 

Formation, projet artistique et commercial, financement... : les préalables à la création d'entreprise 

Une formation obligatoire pour devenir tatoueur ? 

Il n'existe aucune certification professionnelle officielle permettant d'accéder au métier de tatoueur, et donc d'ouvrir un salon de tatouage. Les velléités de créer un cursus de formation dédié se sont heurtées à l’opposition d’une partie de la profession, soucieuse de conserver le caractère artistique du tatouage.  En conséquence, l’apprentissage dans un salon de tatouage ne se fait dans la majorité des cas pas dans le cadre d’un cursus scolaire. 

 

Dès lors, en l'absence d'une formation en alternance de type « certificat d'aptitude professionnelle » (CAP), le tatoueur débutant dans un salon ne bénéficie pas en droit du statut d'apprenti, mais doit être recruté en qualité de salarié. Il doit donc pouvoir justifier d’un bon portfolio et d’un niveau en dessin solide pour pouvoir retenir l’attention d’un professionnel du tatouage ! 

 

 Développer ses compétences et définir son projet artistique 

Pour prétendre devenir tatoueur, il convient avant tout d'être un très bon dessinateur. Une formation en arts plastiques, aux beaux-arts ou au graphisme est bien souvent un excellent préalable. 

Mais les talents de dessinateur ne suffisent pas. Il convient également d'acquérir la maîtrise technique propre au tatouage et de s'exercer sur de la peau (synthétique, humaine ou animale).  Ces supports présentent, en effet, des particularités à appréhender. 

Pour se former à ces techniques, plusieurs possibilités existent. 

Vous pouvez opter pour une formation au sein d’une école de tatouage. Pensez à bien étudier l’offre  et les programmes établis, mais aussi à consulter le cahier des charges pédagogique avant toute inscription. 

Néanmoins, l’option plus souvent choisie par les aspirants tatoueurs est généralement d'obtenir un poste de salarié apprenti dans un salon, pour une durée de plusieurs mois

Pour décrocher ce précieux apprentissage, la recette consiste à se constituer un book de dessins pour ensuite prospecter et aller à la rencontre de tatoueurs aguerris, déjà installés à leur propre compte.  

 

Une fois formé, le jeune tatoueur peut alors développer son projet artistique en autonomie ou bien en collaborant avec l'un de ses pairs, et ouvrir un salon de tatouage, seul ou à plusieurs

 

 Pourquoi devenir tatoueur à son compte ? 

La profession de tatoueur est avant tout un métier artistiqueEn exerçant son activité à son compte, le tatoueur se trouve libre : 

 

  • de vivre sa passion pour cet art en toute indépendance 

  • de réaliser ses propres créations 

  • d'établir une relation de proximité avec ses clients, afin de répondre au mieux à leurs attentes 

  • de développer des partenariats et des projets artistiques, en s'associant ponctuellement avec d'autres tatoueurs 

 

 Quel budget prévoir pour ouvrir un salon de tatouage ? 

Ouvrir un salon de tatouage représente un budget suffisamment important pour que cette question ne soit pas ignorée. Il convient de prévoir : 

 

  • l'acquisition d'un local ou la location d’un bail commercial 

  • l'aménagement du local conformément aux règles d'hygiène, avec une pièce exclusivement dédiée aux opérations de tatouage et séparée physiquement des autres locaux de l'établissement (espace de vente, salle d'attente...) 

  • l'achat d'un dermographe (aussi appelé « machine à tatouer ») 

  • l'achat du matériel et des consommables (aiguillesencresgants...) 

  • les coûts liés à la création d'entreprise 

  • le financement de la formation obligatoire aux conditions d'hygiène et de salubrité 

 

Le business plan est un document essentiel dans l’élaboration de votre projet. Vous pourrez y détailler  votre concept, vos prévisions financières, mais aussi examiner les pratiques de vos concurrents dans le cadre de votre étude de marché. L’étude de marché va vous permettre d’examiner quels sont vos avantages et vos faiblesses. Dans le cadre de votre business plan, vous allez pouvoir déterminer votre stratégie de communication auprès de votre clientèle-cible. Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter à notre article sur le business plan. 

 

Ouvrir un salon de tatouage en 3 étapes 

Choisir la forme juridique de sa société de tatouage 

 

Les salons de tatouage sont, en règle générale, de petites structures. Il est rare que des tatoueurs créent plusieurs établissements et embauchent de nombreux salariés. 

 

L’auto-entreprise 

Si devenir auto-entrepreneur peut sembler être une solution idéale pour se lancer seul, ce statut n’est pas toujours aussi avantageux qu’il y paraît. En effet, l’auto-entrepreneur est plafonné à 72 600 € de chiffre d’affaires par an, et surtout, il ne peut pas déduire ses frais professionnels de son chiffre d’affaires.  

Contrairement à l’auto-entrepreneur, les gestionnaires de sociétés ont en revanche la possibilité de déduire leurs charges, ce qui est particulièrement intéressant si vous souhaitez embaucher des employés.  

 

L’EURL et la SARL 

Si vous vous lancez seul, l'Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) est particulièrement bien adaptée pour un projet d'ouverture de salon de tatouage. Vous pouvez, le cas échéant, transformer aisément votre EURL en SARL (Société à Responsabilité Limitée), pour intégrer un ou plusieurs associés à votre projet. Ces deux formes juridiques offrent un cadre très sécurisé puisque la loi prévoit largement leur fonctionnement. Par ailleurs, les associés ne sont ici responsables que de leur apport et ne risquent donc pas de voir leur patrimoine personnel affecté en cas de faillite. 

 

Ensuite, votre choix de statut juridique impactera votre statut social en tant que dirigeant. En EURL comme en SARL, vous bénéficiez de la couverture sociale des indépendants en tant que travailleur non salarié (TNS) affilié au régime général, si vous êtes le gérant majoritaire. Si vous êtes gérant égalitaire, minoritaire ou tiers, et que vous percevez un salaire, vous êtes alors assimilé salarié. La différence ? Le dirigeant travailleur non salarié règle des cotisations sociales moins élevées que celui qui est assimilé  salarié. La protection sociale de l’assimilé salarié est donc plus élargie. Il existe néanmoins des assurances privées pour compléter la protection sociale des TNS. 

 

Au niveau de votre régime fiscal, en EURL, vous serez soumis par défaut à l’impôt sur le revenu, mais vous pourrez opter pour l’impôt sur les sociétés pour une durée maximale de cinq ans, alors qu’en SARL, vous serez par défaut soumis à l’impôt sur les sociétés, avec possibilité d’option sur l’impôt sur le revenu pour une durée de cinq ans maximum.  

La SASU et la SAS 

Si vous souhaitez pouvoir décider de A à Z de vos statuts, seul ou avec vos associés ? Alors la SASU et la SAS peuvent vous correspondre. Le président se versant un salaire est assimilé salarié, ce qui signifie qu’il bénéficie d’une couverture sociale étendue. Les associés éventuels, s’ils sont titulaires d’un contrat de travail, bénéficient du statut de salarié.  

La SASU comme la SAS sont assujetties à l’impôt sur les sociétés. Il est néanmoins possible en SASU d’opter pour l’impôt sur le revenu pour une durée de cinq ans maximum.  

 

L'assistant en ligne de Simplitoo vous permet d'obtenir rapidement une première évaluation de la forme juridique la plus pertinente, en fonction de votre projet. 

 

Bon à savoir

Le choix de la microentreprise n'est pas conseillé pour la création d'une société de tatouage. Le seuil de chiffre d'affaires attaché à ce statut risque, en effet, d'être vite atteint puisque le tarif horaire du tatouage est relativement élevé. Par ailleurs, en micro-entreprise, vous ne pourrez pas déduire vos frais de fonctionnement (location d’un local, achat de matériel et d’encre, consommables...) et vous paierez donc des cotisations sociales dessus. 

 

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter notre comparatif entre auto-entreprise, EURL et SASU, ainsi que notre comparatif entre SAS et SARL.   

 

Déclarer son activité et suivre une formation hygiène et sécurité 

Se déclarer à l’ARS 

L'article 1311-2 du Code de la santé publique prévoit que les activités de tatouage par effraction cutanée doivent être déclarées à l'agence régionale de santé (ARS). Il en va de même pour les cessations d'activité. 

 

Suivre une formation aux conditions d’hygiène et de salubrité 

Par ailleurs, l'article R.1311-3 du Code de la santé publique (CSP) prévoit que les professionnels qui font du tatouage doivent suivre une formation aux conditions d'hygiène et de salubrité. En effet, le tatouage s’effectue par « effraction cutanée », ce qui nécessite de respecter des règles d’hygiène précises afin d’éviter les risques infectieux. Cette formation payante et obligatoire est dispensée par un établissement habilité par les services du préfet de région, à savoir par l'agence régionale de santé (ARS). D'une durée minimale de 21 heures sur trois jours consécutifs, elle coûte environ 400 € et comporte un module théorique et un module pratique. 

 Réaliser les formalités administratives de création d'entreprise 

Comme pour toute création de société, il convient : 

 

  • de rédiger les statuts 

  • de constituer le capital social  

  • de procéder à une publication dans un journal d'annonces légales 

  • d'immatriculer votre société au registre du commerce et des sociétés 

Ces formalités de création peuvent être techniques et prendre du temps : Simplitoo vous accompagne pas à pas dans la création de votre entreprise. 

 

La réglementation applicable à la profession de tatoueur 

Le Code de la santé publique impose les obligations suivantes aux professionnels du tatouage : 

 

  • dédier une pièce exclusivement aux opérations de tatouage, au sein de l'établissement 

  • désinfecter les surfaces entre chaque client et procéder au traitement des déchets selon le protocole réservé aux déchets d’activité de soins à risques infectieux (DASRI) 

  • porter des gants à usage unique 

  • préparer la zone de tatouage avec un antiseptique 

  • utiliser des aiguilles à usage unique et stérilisées 

  • ne pas employer des colorants interdits par le règlement européen 2020/2081 du 14 décembre 2020, dénommé règlement REACH 

 

Enfin, l'attestation de formation aux conditions d'hygiène et de salubrité doit être affichée dans la salle de réception du public. 

 

Nos conseils pour séduire de nouveaux clients amateurs de tatouage 

L'organisation du salon de tatouage ne doit ici pas être négligée. Le créateur d'un salon de tatouage doit mener une réflexion sur : 

 

  • les modalités d'accueil des clients, sur rendez-vous et/ou en drop-in 

  • l'aménagement décoratif du salon 

  • l'embauche d'un (ou plusieurs) apprenti salarié 

  • l'invitation d'autres tatoueurs (« guests ») 

 

Pour accroître la visibilité de son travail, le tatoueur professionnel dispose de plusieurs outils et moyens : 

 

  • les réseaux sociaux 

  • l'organisation d’évènements avec des tatouages « flashs », choisis par les clients le jour même selon un catalogue de dessins présenté par le tatoueur 

  • la participation à des conventions de tatouage 

  • intervenir occasionnellement en « guest » dans des studios en France ou à l'étranger 

 

 

Enfin, il est possible de diversifier son activité, en proposant des pratiques assimilées au tatouage par effraction cutanée par le Code de la santé publique (piercing, maquillage permanent...). 

 

Vous avez à présent toutes les clefs pour vous lancer dans l’ouverture de votre salon de tatouage ! Des questions ? Nos experts-formalistes se tiennent à votre disposition pour vous accompagner dans votre projet de création d'entreprise, et répondent à vos questions. Alors, n’hésitez plus !  

 

L’article "Comment ouvrir un salon de tatouage ?" a été noté 5 sur 5 sur 1 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

65