full_illustration

Devenir freelance : les 10 règles d'or

09-11-2021
5 minutes

Vous envisagez de créer votre propre activité en tant que freelance ? Vous ne savez pas par où commencer pour devenir indépendant ? Ça tombe bien, nous avons rassemblé les 10 étapes à ne pas manquer pour concrétiser votre projet. De la planification à la création, voici les démarches incontournables pour vous lancer efficacement en tant qu’indépendant. Les avantages en tant que freelance ? Vous êtes libre dans le choix de vos missions, de vos clients, mais aussi de votre emploi du temps !

1 - Préparer un business plan  

Un business plan – ou plan d’affaires - est un document sur lequel tout entrepreneur définit les objectifs à atteindre pour son activité et la manière dont il va s’y prendre pour y parvenir. C’est un travail qui généralement intervient en début de processus de création afin d’établir les stratégies financières et commerciales relatives au développement du projet. Ce document est donc indispensable lorsque vous voulez devenir freelance ! 

Votre business plan doit contenir :  

  • Une présentation du projet et de vos missions 

  • Une étude de marché 

  • Les stratégies commerciales et de communication 

  • Un business model 

  • Un plan de financement et la forme juridique de l’entreprise 

  • La présentation de votre équipe et de vos compétences  

Pour aller plus loin : Comment rédiger un business plan ? 

2 - Donner une identité à votre entreprise 

Avant de vous lancer dans vos démarches de création, interrogez-vous sur la manière dont vous pourrez différencier votre travail de celui de vos concurrents. C’est une étape essentielle pour devenir freelance car elle vous permettra de marquer l’esprit de vos clients et prospects. 

Vous pouvez par exemple créer puis déposer votre marque. Un enregistrement auprès de l’INPI est en effet la meilleure façon de la protéger. Les avantages ? Vous devenez propriétaire de votre marque et pourrez l’exploiter pendant 10 ans (avec renouvellement possible).

Le dépôt de marque répond à une procédure spécifique et requiert une recherche et une analyse approfondies. Nos experts vous proposent une assistance complète pour réaliser les formalités auprès de l’INPI, choisir correctement vos classes et vérifier la disponibilité de votre marque.

 

3 - Faire le point sur les aides financières 

Les porteurs de projet peuvent bénéficier d’aides au lancement de leur activité. Ces soutiens financiers sont soumis à conditions. Vous y avez peut-être droit en tant qu’entrepreneur ! 

  • L’aide pour les créateurs et repreneurs d’entreprise (ACRE) donne droit à une exonération de certaines cotisations sociales durant les 4 premiers trimestres civils de votre activité. 

  • Les allocations chômage (ARE) distribuées par Pôle Emploi, la prime d’activité ou le RSA peuvent être cumulés avec vos revenus d’activité. 

  • L’aide à la création ou à la reprise d’une entreprise (ARCE) vous permet de toucher vos droits restants à l’ARE sous forme de capital. 

  • Le NACRE est un dispositif d’accompagnement et d’aide à la structuration de votre projet. 

  • Le micro-crédit, si vous n’avez pas accès au prêt bancaire classique 

Pour aller plus loin : Les aides à la création d‘entreprise 

 

4 – Devenir freelance : choisir son statut juridique  

Le terme de freelance est un anglicisme qui désigne le statut de travailleur indépendant. Les professions les plus rencontrées sous ce statut sont journaliste, graphiste ou développeur web. Les freelances exercent à leur compte sans aucun lien de subordination vis-à-vis de leurs clients. Il s’agit donc d’une manière de travailler, mais pas d’une forme juridique.

Or, créer une entreprise (et donc choisir un statut) est indispensable pour facturer vos missions en toute légalité. Plusieurs choix s’offrent à vous, que vous soyez électricien ou développeur web. Vous devrez donc prendre le temps de comparer les formes juridiques possibles pour devenir freelance.  

Entreprise individuelle 

Société 

Démarches de création et de fonctionnement simplifiées : 

  • Pas de rédaction de statuts 

  • Pas de dépôt de capital social 
     

Vous ne faites qu’un avec votre entreprise : 

  • Vous êtes imposable à l’impôt sur le revenu 

  • Vous engagez votre patrimoine personnel (hors résidence principale) en cas de dettes.  
     

Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) 

 

Statuts encadrés par la loi 

 

Protection sociale des Travailleurs Non Salariés (TNS) 

 

Impôt sur le revenu par défaut, avec option possible pour l’impôt sur les sociétés 

 

Responsabilité limitée aux apports au capital social 

Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU) 

 

Cadre juridique plus souple 

 

Protection sociale des assimilés salariés 

 

Impôt sur les sociétés par défaut, avec option possible pour l’impôt sur le revenu 

 

⇩ 

⇩ 

Option pour l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) 

 

Création d’un patrimoine d’affectation afin de délimiter les biens pouvant être saisis. 

Option pour la micro-entreprise (soumise à des plafonds de chiffre d’affaires) 

 

Démarches de création simplifiées 

Obligations comptables allégées 

Charges sociales proportionnelles au CA. 

 

Vous le voyez, pour choisir votre statut juridique, vous devrez tenir compte de nombreux critères : 

  • Les démarches de création et de fonctionnement 

  • Votre responsabilité en tant que chef d’entreprise 

  • Votre couverture sociale 

  • Votre régime fiscal 

  • Votre rémunération 

Besoin d’un coup de pouce ? Nous avons conçu un chatbot qui vous aide à choisir la structure la plus adaptée à votre projet. N’hésitez pas à l’utiliser, cela ne prend que 2 minutes ! 

Bon à savoir

Les freelances ont également la possibilité de choisir le portage salarial. Le contrat de portage salarial lie trois parties : un salarié porté (freelance), une entreprise de portage et une entreprise cliente. Le salarié porté effectue une mission pour une entreprise cliente pour le compte de l’entreprise de portage.

 

Pour aller plus loin : Travailleur indépendant, quels statuts possibles ? 

 

5 - Immatriculer son entreprise / sa société 

Vous créez une entreprise individuelle 

Les procédures de création sont simplifiées. Après avoir constitué votre dossier, vous devrez le déposer au Centre des Formalités des Entreprises dont vous dépendez. Vous pouvez également effectuer ces démarches en ligne sur guichet-entreprises.fr

Attention, ces formalités sont certes simplifiées mais nécessitent rigueur et organisation. Malgré ces avantages, une erreur peut retarder la validation de votre demande.

Si vous optez pour le régime de la micro-entreprise, vous pouvez faire appel au Portail Auto-Entrepreneur. Ce service d’accompagnement se chargera de constituer et transmettre votre dossier et vous apportera des conseils adaptés à votre situation de micro-entrepreneur.

 

Vous créez une SASU ou EURL 

La création d’une société passe par 3 étapes principales :  

  • La rédaction des statuts : ils comprennent toutes les informations relatives à la société, comme la nature de votre activité et le nom de l’entreprise, le montant du capital social, le siège social et le régime fiscal des associés. 

  • La publication d’une annonce légale : il s’agit de rendre la création de votre activité publique. Cela s’effectue en publiant les informations clés de votre structure dans un journal d’annonces légales.   

  • L'immatriculation de votre société : votre dossier est adressé directement au CFE correspondant à votre activité (Chambre de Commerce et d’Industrie, Chambre des Métiers et de l’Artisanat ou URSSAF). Vous recevrez ensuite votre numéro SIRET et votre Kbis. 

Vous le voyez, ces démarches de création pour devenir freelance s’inscrivent dans le temps et nécessitent une expertise plus importante. Nos conseillers sont là pour vous aider en vous proposant une assistance personnalisée.

 

6 - Encadrer ses relations commerciales 

En tant que travailleur indépendant, vous êtes confronté au risque d’impayés de la part de vos clients. Heureusement, rédiger une documentation contractuelle efficace peut vous permettre d’obtenir gain de cause face à un client mauvais payeur. Pour cela, il est indispensable de :

  • Fournir un devis à votre client pour lui communiquer la valeur des produits ou des missions qui l’intéressent.  

  • Signer un contrat afin de préciser les points sur lesquels vous et vos clients vous êtes accordés (missions, rémunération, durée de prestations, etc.).   

  • Rédiger vos Conditions Générales de Ventes (CGV) où vous rappelez le barème de vos prix, vos conditions de règlement, vos délais d’exécution, la possibilité pour le client de se rétracter, etc. 

Une fois signés, ces documents vous engagent vous et votre client. Ils constituent une preuve de votre accord. 

Bon à savoir

Rédigez vos factures avec soin et n’oubliez aucune mention obligatoire. Vous y précisez vos délais de paiement, le montant des pénalités en cas de retard et l’indemnité pour frais de recouvrement. 

  

En cas d’impayés, vous pouvez faire appel à une société de recouvrement qui se chargera de réclamer votre dû à votre place. E-Recouv par exemple est une solution dédiée aux sociétés et micro-entreprises. 

 7 - Apprendre à gérer sa comptabilité  

Ce travail demande rigueur et régularité. Vous devez notamment enregistrer de manière chronologique toutes vos opérations et vos factures. Si vous créez une société, il vous faudra également établir des comptes annuels et les déposer au greffe du tribunal de commerce.

Certes obligatoire, ce suivi comporte aussi des avantages puisqu’il vous aidera à : 

  • Analyser les performances de votre activité 

  • Avoir une vue d’ensemble sur votre trésorerie 

  • Prouver la bonne santé de votre activité auprès d’éventuels investisseurs 

Le saviez-vous ?

Pour vous aider dans ce travail, vous pouvez utiliser des logiciels dédiés ou faire appel à un expert-comptable. 

 

8 - Connaître ses déclarations obligatoires 

La vie d’un entrepreneur est ponctuée de déclarations annuelles à transmettre à l'administration. Ces obligations varient selon votre statut juridique. 

Déclaration obligatoire 

Pour qui ? 

Dépôt du bilan comptable et déclaration d’impôt sur le revenu 

Entreprise individuelle* 

EURL ou SASU soumise à l’IR 

 

*Les micro-entrepreneurs sont dispensés du bilan comptable 

Déclaration de résultats et déclaration d’impôt sur les sociétés 

EURL ou SASU soumise à l’IS 

Déclaration de TVA 

Uniquement pour les entreprises redevables 

Déclaration initiale de CFE  

Toutes les entreprises / sociétés 

Déclaration de CVAE 

Uniquement si CA annuel > 153 500 € 

Dépôt des comptes sociaux 

Uniquement en SASU et en EURL 

  

Pour aller plus loin : Chef d’entreprise : les déclarations à ne pas manquer ! 

 

9 - Se protéger en cas d’accident 

Un accident peut vite arriver ! Il est donc important d’être protégé en cas de pépin. Ainsi, les freelances peuvent souscrire à : 

  • Une garantie décennale (obligatoire pour les professionnels du BTP) 

  • Une assurance pour votre véhicule professionnel, votre local, votre matériel, votre stock, etc. 

  • Une Responsabilité civile professionnelle (RC pro) pour vous protéger en cas de dommage causé à un tiers dans le cadre de votre activité professionnelle et de vos prestations. Cette assurance peut être obligatoire selon votre domaine d’activité (santé, bien-être, construction, transport, etc.). 

  • Une assurance ou une complémentaire santé, si vous estimez que votre couverture sociale est insuffisante. 

  • Une assurance protection juridique pour vous protéger en cas de litiges avec un tiers (client, fournisseur, administration, etc.). 

10 - Se faire accompagner par des experts pour devenir freelance 

Vous l'avez compris, pour donner vie à votre projet, vous devrez en premier lieu multiplier les démarches administratives. Cela nécessite des compétences précises ! 

Pour vous éviter les erreurs et avancer plus sereinement, vous pouvez vous rapprocher de services dédiés à l’accompagnement des indépendants, que ce soit pour la création ou pour la gestion de votre activité. Les avantages sont non négligeables : vous gagnerez ainsi un temps précieux et pourrez vous concentrer sur le développement de votre activité.  

Les experts Simplitoo vous proposent une assistance personnalisée pour créer votre société : rédaction de vos statuts, immatriculation ou encore dépôt de votre dossier au Greffe, ils vous accompagnent de A à Z. De plus, vous êtes accompagnés dans toute la gestion quotidienne de votre entreprise. Vous avez une question ? Contactez-nous ! 

 

L’article "Devenir freelance : les 10 règles d'or" a été noté 4 sur 5 sur 1 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

34