full_illustration

Comment devenir apporteur d’affaires ?

04-03-2021
5 minutes

L’apporteur d’affaires agit comme un intermédiaire (entremetteur) entre deux personnes ou entreprises susceptibles de faire affaire ensemble. Il met en relation les deux parties pour qu’elles concluent une opération commerciale. Exercée en toute indépendance, cette activité comporte très peu de risques et nécessite peu de frais d’investissement. Vous aussi, vous voulez tenter l’aventure ? On vous explique comment faire en 7 étapes !

Étape 1 : bien comprendre ce qu’est un apporteur d’affaires 

L’apporteur d’affaires a pour objectif la mise en relation d’un prospect et du vendeur pour lequel il agit. Il est là pour convaincre et rendre possible une opération commerciale (partenariat, contrat, etc.). 

 

Il devra donc à la fois persuader : 

  • son client (le bénéficiaire) en démontrant ses capacités de vente et d’argumentation 

  • la cible de son client (le prospect) en mettant en évidence la pertinence d’un accord commercial entre les 2 parties. 

 

Si une opération commerciale est conclue, l’apporteur d’affaires touchera alors une commission sur la vente et / ou une rétribution forfaitaire. Dans le cas contraire, il ne gagnera rien. Faire appel à ce type de professionnel est donc particulièrement avantageux pour l’entreprise cliente puisque la prise de risque est quasi nulle. 

 

L’apporteur d’affaires a une obligation de moyens, mais pas de résultats. Cela signifie qu’il s’engage à chercher des prospects, mais qu’il ne pourra pas être tenu responsable si aucun contrat de services ou de vente n’est conclu. 

 

Enfin, il n’existe aucun lien de subordination entre l’apporteur d’affaires et son client. Il reste donc libre d’organiser ses journées de travail comme il le souhaite et ne peut être traité comme un salarié. Il lui revient également de fixer le montant et les conditions de sa rémunération. 

Information importante

 Contrairement à l’agent commercial, l’apporteur d’affaires ne signe pas de contrat pour le compte de son client. Il ne gère pas non plus les transactions ou les remises de produits. Son rôle se limite à la mise en relation entre le bénéficiaire et le prospect. 

 

Étape 2 : vérifier les conditions d’exercice 

La bonne nouvelle, c’est que cette profession n’est pas réglementée. Par conséquent, vous pouvez devenir apporteur d’affaires sans diplôme particulier. Néanmoins, une formation en vente ou marketing vous permettra de vous familiariser avec les rouages du métier et de prouver votre expertise dans votre domaine. 

Quelques qualités vous seront également nécessaires pour exercer cette activité :  

  • Avoir le sens du contact 

  • Maitriser l’art de la persuasion et de la diplomatie 

  • Savoir faire preuve de patience  

  • Être autonome et savoir remettre en question sa manière de faire 

 

L’apporteur d’affaires jouit d’une grande liberté, tant dans son organisation que dans le choix de ses clients. Toutefois, il lui est strictement interdit d’exercer dans l’immobilier, l’assurance ou les échanges boursiers. Ces domaines d’activité sont en effet encadrés par la loi et sont soumis à une déontologie et à l’obtention d’un diplôme spécifique. 

 

Le saviez-vous ?

Les professions d’intermédiation commerciale sont nombreuses et l’apporteur d’affaires est parfois confondu avec les métiers suivants : 

  • Le courtier dont l’activité est encadrée par le Code du Travail 

  • L’agent commercial qui, en tant que mandataire, peut négocier et conclure des contrats au nom et pour le compte d’entreprises. 

  • Le commissionnaire qui agit en son nom pour le compte de son client. Il prend donc la responsabilité d’exécuter lui-même le contrat. 

 

Étape 3 : évaluer la pertinence de votre projet 

En tant qu’apporteur d’affaires, vos charges seront faibles. Vous ne serez pas obligé d’investir dans un local, ni dans du matériel spécifique. Vous pouvez parfaitement exercer votre activité depuis votre salon !  

Pourtant, ne vous reposez pas sur cet avantage financier et logistique. Préparer votre lancement demeure essentiel pour mener à bien votre projet. Posez-vous les questions suivantes avant de vous lancer : 

  • Quels peuvent être vos clients ? Avez-vous intérêt à vous spécialiser dans un secteur ? Si oui, lequel et pourquoi ? 

  • Comment allez-vous démarcher ? Quelle sera votre stratégie ? 

  • Quelle commission (et / ou rémunération forfaitaire) souhaitez-vous négocier pour chaque apport d’affaire ? 

 

Même si cela peut vous paraître long et fastidieux, la rédaction d’un business plan peut vous être ici d’une très grande aide. Ce document vous permettra en effet de structurer votre plan de lancement, d’évaluer la concurrence et les opportunités sur le secteur géographique ou d’activité que vous visez. 

 

Pour aller plus loin : Business plan : les 7 étapes pour le réussir 

 

Étape 4 : définir sa rémunération 

La rémunération de l’apporteur d’affaires peut prendre la forme d’une commission ou d’une rétribution forfaitaire. Elle devra être convenue à l’avance entre vous et votre client. Vous pouvez bien sûr la négocier. Elle sera également mentionnée dans le contrat que vous aurez rédigé au préalable (on vous en reparle à l’étape 7 !).  

 

La commission équivaut à un pourcentage du montant de l’affaire conclue entre votre client et le prospect. Elle est donc variable et son taux est généralement fixé entre 2 et 7 %. Par exemple, si votre apport d’affaires aboutit à la signature d’un contrat de 200 000 € et que votre commission était de 5 %, vous avez gagné 200 000 € x 5 %, soit 10 000 €.  

 

La rétribution forfaitaire est un tarif fixe déterminé à l’avance par les deux signataires du contrat. Elle peut varier en fonction de la nature de la personne signant le contrat (grande ou petite entreprise), ou encore du domaine d’activité concerné. 

 

Il est également possible de prévoir une rémunération alliant ces deux formats : elle sera alors forfaitaire et variable. 

 

Étape 5 : choisir un cadre juridique 

Pour lancer votre activité, vous devez impérativement opter pour une forme juridique (parfois aussi appelée statut juridique). Vous pourrez au choix créer une micro-entreprise ou une société.

 

Devenir micro-entrepreneur 

Le régime de la micro-entreprise (communément appelée auto-entreprise) se caractérise par des démarches de création simplifiées et une gestion quotidienne facilitée. Cette forme d'entreprise est très populaire chez les apporteurs d’affaires. 

Grâce à ce régime, vous pourrez bénéficier : 

  • D’une comptabilité allégée : vous devrez simplement tenir un livre de recettes, c’est-à-dire un compte-rendu de toutes les sommes encaissées durant l’année, et n’aurez pas l’obligation de faire vérifier vos comptes par un expert-comptable. 

  • D’un régime social simplifié : vos cotisations sociales seront calculées en fonction de votre chiffre d’affaires, chaque mois ou chaque trimestre. Vous bénéficiez ainsi d’une bonne visibilité sur votre trésorerie. Prélevé régulièrement et selon un taux fixe, vous n’aurez pas de mauvaises surprises. 

  • D’un paiement simplifié des impôts : vous pouvez, si le souhaitez, opter pour le versement libératoire. Votre impôt sur le revenu sera alors prélevé en même temps que vos cotisations.  

 

Information importante

Le statut de micro-entrepreneur a toutefois une limite : pour continuer à bénéficier des avantages de ce régime, votre chiffre d’affaires ne devra pas excéder 72 600 € par an (seuil applicable aux prestations de service commercial, dont font partie les apporteurs d’affaires). 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur l’exercice de cette activité en auto-entreprise ? Vous pouvez consulter le guide de l’apporteur d’affaires du Portail Auto-Entrepreneur. Leurs équipes sauront aussi vous guider dans vos démarches de création et de gestion. 

 

Créer une société 

Vous êtes davantage tenté par la création d’une société ? Dans ce cas, sachez que les apporteurs d’affaires se tournent volontiers vers la SARL et la SAS. 

 

Mais attention, ces 2 formes sociales comportent des différences majeures : en effet, la SARL est fermement encadrée par le Code de commerce, tandis que la SAS, elle, est plus souple et personnalisable. 

 

Notez également que la SARL et la SAS sont des sociétés dites pluripersonnelles. Cela signifie qu’elles comptent au moins 2 associés.  

 

Vous envisagez de vous lancer en solo ? Pas de panique, chacune existe en version unipersonnelle.  

Ainsi : 

  • l’EURL est une SARL avec un associé unique 

  • la SASU est une SAS avec un seul associé 

 

Retenez enfin que les formalités de création d’une société sont plus lourdes et impliquent la rédaction de statuts d’entreprise (qui vont définir le fonctionnement de votre société). Vous devrez également tenir une comptabilité complète et vous devrez réaliser un apport au capital de votre société (même si 1 € peut suffire). Pour gagner du temps et éviter les erreurs, il est donc conseillé de se faire accompagner dans sa création d’activité. Les équipes de Simplitoo peuvent vous guider dans vos démarches et vous aider à faire les bons choix. N’hésitez pas à nous contacter ! 

 

Information importante

Que vous optiez pour une entreprise individuelle (comme la micro-entreprise) ou une société, gardez à l’esprit qu’il vous sera nécessaire d’immatriculer votre activité auprès du greffe du tribunal de Commerce et de la faire enregistrer auprès du Registre du Commerce et des Sociétés (RCS).  

Pour aller plus loin : Auto-entrepreneur, EURL ou SASU : quel statut choisir ? 

 

Étape 6 : se faire connaitre 

 Afin de remporter un maximum de contrats avec des entreprises, vous devrez faire vous-même la publicité de vos services. Réfléchissez à votre stratégie dès maintenant pour trouver vos premiers clients et établir une relation de confiance avec eux : 

  • Communiquez : soyez présents sur les réseaux sociaux, faites fonctionner le bouche-à-oreille, constituez-vous un réseau (networking) et n’hésitez pas à démarcher directement de potentiels clients. Attention toutefois à ne pas trop vous disperser. Inutile d’être partout, vous perdriez du temps et de l’énergie. Veillez en effet à adapter vos méthodes à votre cible. 

  • Développez une stratégie de démarchage que vous pourrez présenter à vos futurs clients. Faites un plan, n’hésitez pas à tester différentes approches et sélectionnez les plus efficaces ! Montrez-leur que vous savez être persuasif. 

  • Soyez proactif : ne vous laissez pas abattre si vous essuyez plusieurs refus ou si des clients ne vous répondent pas. Continuez à faire preuve d’initiative et de patience ! 

 

Étape 7 : préparer un contrat d’apports d’affaires 

On vous le disait, l’activité d’apporteur d’affaires n’est pas réglementée et ne bénéficie en conséquence d’aucune protection spécifique. Vous devrez donc mettre en place certaines barrières juridiques afin de vous protéger. 

 

Ainsi, il est vivement conseillé d’établir un contrat d’apport d’affaires. Écrit conjointement avec votre entreprise cliente, ce document encadrera la relation professionnelle qui vous liera l’un à l’autre, et cela à tous les niveaux : dans les modalités d’exécution de votre mission comme dans la rupture éventuelle du contrat.  

 

Celui-ci devra notamment préciser : 

  • Votre identité et celle de votre client 

  • L’objet du contrat (vos obligations mais aussi les obligations de l’entreprise cliente) 

  • La durée du contrat (et son éventuel renouvellement via une clause de tacite reconduction par exemple) 

  • La zone géographique où vous pourrez prospecter 

  • Les modalités de rémunération (combien, sous quelle forme, échéances, délai de paiement, etc.) 

  • Les modalités de rupture du contrat (il faudra réfléchir à la mise en place d’une clause de préavis de rupture ou encore d’une clause pénale prévoyant une sanction précise en cas de faute). 

 

Attention, une fois le contrat conclu, vous êtes engagé. Comme le disent les juristes : le contrat tient alors lieu de loi. Ainsi, mieux vaut négocier les clauses avant et dissiper tout malentendu ! 

 

 

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour devenir apporteur d’affaires. Nos équipes sont à votre disposition pour vous soutenir dans vos démarches. Contactez-nous pour mettre toutes les chances de votre côté ! 

 

L’article "Comment devenir apporteur d’affaires ?" a été noté 4.5 sur 5 sur 2 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

592