full_illustration

Comment ouvrir un salon de thé ?

20-10-2021
5 minutes

Se retrouver seul ou entre amis, boire dans de jolies tasses et craquer au passage pour une pâtisserie... Un salon de thé est un lieu hors du temps où l’on peut tout aussi bien s’évader ou travailler que voir sa famille et ses amis. Vous voulez partager votre passion pour le thé en ouvrant un salon de thé, et vous vous demandez comment vous y prendre dans vos démarches ? Quel budget prévoir et quelles formalités administratives accomplir ? Pas d’inquiétude, Simplitoo vous guide pas à pas dans les différentes étapes de votre installation.

Pourquoi ouvrir un salon de thé ?  

Un salon de thé est un lieu spécialisé dans la consommation et la vente de thé, où les amateurs de thé et de pâtisseries peuvent trouver de quoi ravir leurs papilles. La plupart du temps, on y trouve également une offre de restauration, sous forme de quiches, soupes, salades ou pâtisseries afin d’accompagner la dégustation et de faire vivre le lieu à toutes les heures de la journée.  

Ces dernières années, la recherche de lieux agréables avec une offre locale et saine s’est faite plus présente auprès de consommateurs. Si en plus vous avez entendu parler de la tendance hygge (mot danois pour parler d’une atmosphère chaleureuse et confortable) alors vous savez déjà que le salon de thé répond naturellement à ces nouvelles exigences. 

Les salons de thé sont également des lieux de rencontre. Avec un peu de créativité, vous pourrez  parfaitement y accueillir des clubs de lecture, des débats, des ateliers linguistiques ou même des après-midi jeux de société. Votre établissement peut alors devenir un endroit repère de votre quartier, où l’on aura hâte de se retrouver autour d’une bonne pâtisserie. Vous l'avez compris, avec un salon de thé sky is the limit !

D’ailleurs, les Français boivent aujourd’hui trois fois plus de thé qu’il y a 25 ans. Alors après le boom des coffee shops à l’américaine, l’heure des salons de thé serait-elle venue ? 

 

Quelle formation et compétences pour ouvrir un salon de thé ?  

Il n’y a pas de formation ni de stage spécifique ou obligatoire pour ouvrir un salon de thé. Pas besoin d’être diplômé ni de détenir un CAP pour l’ouverture de votre salon ! Pourtant, la gestion quotidienne d’un commerce et le service client qui l’accompagne ne sont pas des missions à la portée de tous. 

Une première expérience dans le secteur de la vente ou de la restauration est souvent conseillée, afin de s’assurer que vous avez les épaules solides pour l’ouverture de votre salon. 

Par ailleurs, même sans être diplômé, il vous sera particulièrement utile de disposer des aptitudes suivantes : 

  • Des compétences en gestion économique et financière, pour réaliser votre étude de marché  et assurer votre gestion quotidienne 

  • Une expérience en management, indispensable en tant qu’entrepreneur et en particulier si vous embauchez des salariés 

  • Aimer le contact avec le public, pour les mettre à l’aise, les conseiller sur le choix du meilleur thé ou pâtisserie selon leurs goûts 

  • De la résistance physique pour supporter de longues journées debout 

Diplômé ou non, il vous est donc possible d’acquérir ces compétences.

 

Comment bien démarrer son activité ?  

L’ouverture d’un salon de thé doit être suffisamment réfléchie en amont. Elle nécessite plusieurs démarches, dont l’établissement d’un business plan, d’une étude de marché et la recherche de fournisseurs pour vos produits. Le choix d’un local et de son emplacement est également une démarche essentielle, même si elle peut s’effectuer après la création de sa société sur le plan juridique. 

Faire son business plan 

Comme pour tout commerce, l’élaboration d’un business plan fait partie des démarches indispensables pour votre installation. Il est également capital d’étudier la faisabilité de votre projet afin de ne pas vous lancer à l’aveugle, notamment via une étude de marché. Il sera sûrement nécessaire pour solliciter d’éventuels financements auprès des banques : ce document sera la preuve du sérieux de votre projet et les rassurera sur le bien-fondé de votre demande. 

Pour réaliser ce document, vous devez définir votre projet, notamment en identifiant le concept ou les caractéristiques qui vous rendront unique auprès de votre clientèle et parmi les autres salons existants. Souhaitez-vous par exemple proposer des types de thé originaux ou bien tout miser sur la variété des pays de provenance ? Quels seront vos autres produits ? 

Votre business plan établira par la même occasion votre stratégie commerciale, votre plan de communication, mais aussi un prévisionnel des charges et des recettes sur vos premières années d’exercice professionnel. Le but ? Atteindre votre équilibre financier le plus rapidement possible après votre ouverture et définir votre capital de départ.

Pour aller plus loin : Comment rédiger le business plan d'un restaurant ?

 

Bon à savoir

Avez-vous déjà pensé à ouvrir un salon de thé franchisé ? Moyennant un droit d’entrée et/ou un apport financier de départ, vous bénéficiez d’une enseigne clé en main et souvent déjà connue du public. Une fois installé, vous reversez le plus souvent une redevance au franchiseur. L'idée vous intéresse ? Notre article sur la franchise vous donnera encore plus de détails sur les démarches à accomplir. 

Construire un projet solide 

Pour vous démarquer des autres salons concurrents et attirer votre clientèle, il est important de penser votre projet jusque dans ses moindres détails, à l’aide de votre étude de marché : 

  • Quel public souhaitez-vous attirer dans votre établissement ? Des clients à la recherche d’un endroit douillet et chaleureux, des étudiants entre deux cours, des vrais amateurs de thé ? Vous pouvez parfaitement cumuler les publics, mais devrez alors savoir répondre aux exigences de chacun. Votre emplacement sera alors crucial. 

  • Comment allez-vous sélectionner vos fournisseurs pour vous approvisionner en thé ou en pâtisseries ? Ici aussi, les options peuvent se cumuler : faire vos propres mélanges, voire distribuer votre propre marque de thé ou bien nouer des partenariats avec des marques dont vous deviendrez distributeur... Tout est possible ! 

  • Quelle atmosphère créer ? Les choix de décoration et d’ameublement pour un salon de thé douillet ne seront pas les mêmes que pour un salon qui se veut élégant. Le budget aussi. 

  • Pour augmenter le ticket moyen de vos clients, il peut être pertinent de proposer des achats d’accessoires et produits en lien avec le thé comme des tasses, des théières et même des bouilloires. Cette offre viendra compléter celle en restauration où vous pouvez prévoir du sucré (pâtisseries) comme du salé (tartines par exemple) afin de satisfaire tous vos clients. Pensez à ce que fait Starbucks dans ses coffee shops avec une offre de plus en plus large ! 

 

Trouver un local commercial 

Une fois votre projet et vos aspirations définis, vous pouvez lancer votre recherche de local commercial et de votre emplacement idéal.  Celui-ci devra être équipé d’une cuisine si vous prévoyez une offre de restauration maison. Au-delà, l’emplacement de votre salon de thé sera stratégique pour votre rentabilité. Votre étude de marché sera un allié précieux pour le définir. 

Plusieurs options s’offrent à vous :  

  • la location simple d’un bail commercial : vous ne louez que les locaux. 

  • l’achat d’un fonds de commerce dans le cadre dune cession de bail commercial. En plus de reprendre le contrat de location du bail, vous reprenez aussi le fonds de commerce. En clair, vous achetez tout l’équipement de l’établissement, mais aussi sa clientèle, voire même sa carte et son nom. 

  • L'achat pur et simple d’un local commercial. Si votre apport personnel est faible ou nul, vous pourrez recourir à un crédit-bail immobilier

 

Choisir le statut juridique de son entreprise 

Pour ouvrir un salon de thé, vous devez d’abord déclarer votre entreprise et la faire immatriculer. Ces formalités de création sont obligatoires pour lui donner une existence juridique ! 

Une société conviendra particulièrement à votre activité 

La création d’une société pour ouvrir un salon de thé est la solution idéale. En effet, une société vous permet de ne pas être limité dans votre chiffre d’affaires ! Si vous optiez par exemple pour la création d’une auto-entreprise, vous seriez alors limité à 176 200 € maximum par an.  

Par ailleurs, en société vous pourrez déduire tous vos frais de fonctionnement de votre chiffre d’affaires (loyer, charges fixes, achats de matières premières et produits, coûts de vos salariés) ! En clair, vous ne payez de taxes que sur l’argent effectivement encaissé.  

Enfin, si vous souhaitez monter votre salon de thé en vous associant, la création d’une société est votre seule option. Simplitoo vous accompagne pas à pas dans ces démarches !

 

Choisir la forme juridique de sa société 

Je me lance seul  

Si vous décidez de commencer seul et que vous souhaitez avoir une structure dont les règles de fonctionnement sont très définies, alors l'EURL pourra vous correspondre. En tant qu’associé unique, vous serez considéré comme un travailleur non salarié. A contrario, en SASU vous pourrez décider de A à Z de vos statuts en tant qu’entrepreneur seul, et vous bénéficierez du statut protecteur d’assimilé salarié. En SASU vous serez imposé d’office à l’impôts sur les sociétés (IS), alors que ce sera l’impôt sur le revenu (IR) en EURL. Dans les deux cas et sous conditions, vous pourrez opter pour le mode d’imposition inverse.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter à notre article de comparatif entre EURL, AE et SASU.

   

Je préfère m’associer 

Avec une SARL, vous bénéficiez de statuts très encadrés, comme en EURL. Si vous en devenez également le gérant majoritaire, vous serez considéré comme travailleur non salarié, c’est-à-dire que vous devrez régler des cotisations sociales minimales pour bénéficier d’une protection sociale élémentaire. Par ailleurs, si votre conjoint participe aux activités de votre salon de thé sans être rémunéré, il pourra bénéficier du statut de conjoint collaborateur. C’est aussi le cas en EURL : vous êtes entrepreneur seul. Avec la SAS, au contraire, vous aurez une plus grande liberté pour rédiger vos statuts. Si, vous en êtes également le président, vous serez alors assimilé salarié. En revanche, le statut de conjoint collaborateur n’existe pas en SAS.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous reporter à notre article de comparatif entre SAS et SARL

 

Les obligations d’hygiène et de sécurité 

Effectuer une formation à l’hygiène et à la sécurité alimentaire 

Si vous envisagez de proposer une offre de restauration maison, vous devrez effectuer une formation payante de 14 h pour vous former en matière d’hygiène alimentaire et de sécurité (dite HACCP). Les chambres de commerce et d’industrie proposent des formations et stages qui peuvent être pris en charge par votre compte personnel de formation (CPF).  À noter qu’il est suffisant qu'une seule personne de l'équipe soit titulaire de cette formation. 

Par ailleurs, les personnes pouvant justifier d'une expérience professionnelle d'au moins 3 ans au sein d'une entreprise du secteur alimentaire en qualité de gestionnaire ou d’exploitant ne sont pas soumises à cette obligation. Si vous avez suivi un stage uniquement, ce n’est donc pas suffisant. 

Effectuer votre déclaration d’activité 

Si votre activité de salon de thé s’accompagne de la vente de denrées alimentaires (hors 100 % vegan), vous devez le déclarer pour pouvoir débuter l’exploitation de votre commerce. Cela peut se faire via le service ministériel en ligne ou par courrier, en adressant au ministère de l’Agriculture le formulaire Cerfa n° 13984*6.  

Votre activité doit être organisée de manière à éviter tout risque de contamination de vos denrées alimentaires. Vous devez donc prévoir le nettoyage et la désinfection régulière des locaux et des équipements, la lutte contre les nuisibles, ainsi que des autocontrôles. L’arrêté du 21 décembre 2009 fixe les règles sanitaires à respecter, notamment en ce qui concerne les températures maximales de conservation pour les denrées réfrigérées et congelées. Vous devrez donc le respecter scrupuleusement.

 

Respecter les normes d’accessibilité  

Un salon de thé est considéré comme un établissement recevant du public (ERP). À ce titre, il doit répondre aux réglementations en matière de lutte contre l’incendie et d’accessibilité aux personnes handicapées. Il est donc primordial que le local où vous envisagez d’exercer votre métier soit conforme à ces normes ou, à défaut, puisse le devenir. 

Souscrire une assurance multirisque professionnelle 

L'assurance multirisque professionnelle (dite RC pro) couvre les biens mobiliers et immobiliers de votre entreprise en cas d’accident de personne, d’incendie, de dégât des eaux ou de dommages électriques. Bien que non obligatoire, il est indispensable d’y souscrire, car elle vous protège contre un grand nombre d’aléas qui peuvent avoir un impact financier important voire mettre en péril la poursuite de votre activité professionnelle. Notre partenaire Coover vous propose des assurances à des tarifs très avantageux !

 

Obtenir une autorisation d’occupation du domaine public  

Déguster un thé avec une pâtisserie en terrasse ? C’est possible ! Si vous envisagez une terrasse sur l’espace public, il vous faudra solliciter, auprès de la mairie, une autorisation d’occupation du domaine public par un commerce (AOT). Les règles varient selon que vous souhaitez installer une terrasse ouverte ou fermée, et selon que celle-ci ait une emprise fixe au sol ou non. Dans la grande majorité des cas, vous devrez effectuer la demande auprès de la mairie et vous acquitter d’une redevance de voirie, dont le montant est fixé par chaque commune. 

 

Vous avez à présent toutes les clefs en main pour créer votre salon de thé, que vous soyez diplômé ou non. Pour être certain de choisir le statut juridique qui correspond à vos besoins, vous pouvez faire appel aux experts de Simplitoo. Ils vous accompagneront dans toutes les étapes et formalités de création de votre société. Alors, n’hésitez plus, c’est le moment de franchir le cap !

 

L’article "Comment ouvrir un salon de thé ?" a été noté 5 sur 5 sur 2 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

53