full_illustration

Comment devenir chauffeur de taxi ?

01-06-2021
4 minutes

Plus de 20 000 chauffeurs de taxi sillonnent chaque jour le territoire Français. Souvent confondue avec le métier de chauffeur VTC, la profession de taxi indépendant est pourtant bien plus règlementée. On vous présente les 7 étapes à suivre pour devenir chauffeur à votre compte. Suivez le guide !

1 - Remplir les prérequis 

Avant d'entamer vos démarches pour devenir chauffeur de taxi indépendant, vous devez remplir les conditions suivantes : 

  • Avoir votre permis B depuis 3 ans ou plus (2 ans si vous avez fait de la conduite accompagnée) 

  • Avoir un casier judiciaire vierge  

  • Obtenir un avis médical certifiant que vous êtes apte à la conduite. Vous trouverez la liste répertoriant tous les médecins agréés de votre département sur le site de votre préfecture.  

  • Avoir passé votre brevet de secourisme PSC1 il y a moins de 2 ans. Cette formation de 7 heures permet d’apprendre les gestes de premiers secours. Il n’y a pas d’examen, vous validez cette formation en participant à l’ensemble des sessions.  

2 - Passer un examen 

Vous remplissez les conditions ? Vous pouvez maintenant passer le Certificat de Capacité Professionnelle Si de Chauffeur de Taxi (CCPCT). Cette étape est obligatoire pour obtenir votre carte professionnelle et pouvoir exercer votre métier. 

Pour ce faire, vous devez vous inscrire à l’examen directement sur le site de votre préfecture de département. Vous trouverez généralement le lien d’inscription dans la rubrique « Démarches administratives / Professions réglementées ». 

Votre dossier comprendra les pièces suivantes :  

  • Une photocopie (recto verso) de votre permis B et de la carte grise de votre véhicule 

  • Une photocopie (recto verso) de votre pièce d’identité (carte CNI ou passeport) 

  • Un justificatif de domicile  

  • Une photo d’identité récente  

  • Pour les ressortissants d’un État hors Union européenne, un titre de séjour qui vous autorise à travailler en France 

Cette étape est payante et coûte 195 €.  

Bon à savoir

Pour mettre toutes les chances de votre côté, vous pouvez suivre une formation avant de passer cet examen. Il vous en coûtera entre 400 € et 1 500 € selon les formations et le cursus choisis. 

 

L’examen CCPCT est organisé par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat (CMA). Il se déroule en deux étapes :  

  • Une épreuve théorique sous forme de QCM et questions à réponse courte portant sur le territoire Français, la règlementation des taxis et du transport de personnes, la sécurité routière...  

  • Une épreuve pratique : vous effectuez un parcours de 20 minutes en conditions réelles. L’examinateur est à vos côtés et vérifie vos connaissances sur le territoire parcouru, votre façon d’accueillir et d’encaisser le paiement d’un client.  

Vous recevrez vos résultats environ 15 jours après l’examen. Vous disposerez ensuite de 3 mois pour remplir en ligne un formulaire de demande de carte professionnelle de conducteur de taxi. 

Cette carte professionnelle est valable 5 ans. Une fois à échéance, vous devrez donc en demander le renouvellement directement sur le site de votre préfecture. 

 

Information importante

Vous recevrez une carte professionnelle départementale qui vous autorise à rouler uniquement dans votre département. Pour exercer votre métier dans une zone plus large, vous devrez passer un examen supplémentaire et faire une demande de mobilité via un formulaire en ligne sur le site de votre préfecture.  

 

3 - Obtenir sa licence ADS  

Pour devenir chauffeur de taxi indépendant, vous devrez ensuite obtenir une licence d’Autorisation de Stationnement (ADS).  Celle-ci est valable 5 ans et devra être renouvelée au moins 3 mois avant son échéance. 

Pour devenir titulaire de votre licence de taxi, vous aurez alors 3 possibilités. 

Option 1 : obtenir une licence gratuite 

Chaque mairie fixe par arrêté le nombre de taxis qui peuvent exercer dans la commune. 

Pour obtenir une licence gratuite, vous devez vous inscrire sur une liste d’attente auprès de votre mairie. Attention, les délais pour les grandes villes sont souvent très longs et vous devrez renouveler votre demande tous les ans par lettre recommandée, tant que vous n’aurez pas obtenu votre licence. 

Bon à savoir

À Paris, ce n’est pas la mairie qui gère les demandes de licence gratuite. Vous devrez ainsi vous inscrire sur une liste d’attente auprès de la préfecture de police. 

 

Option 2 : acheter une licence

Pour gagner du temps, vous pouvez plutôt acheter une licence à un chauffeur de taxi qui vend la sienne. 

Mais attention, le prix est fixé par le vendeur et peut grandement varier en fonction des villes : comptez entre 30 000 € et 300 000 €.  

Pour trouver un vendeur, vous pouvez : 

  • Consulter des sites de petites annonces spécialisées dans la vente de licence 

  • Contacter des syndicats de taxi qui pourront vous aider à trouver des offres intéressantes 

Une fois l’achat effectué, le vendeur doit se rendre à la mairie (ou la préfecture de police pour Paris) et enregistre cette cession. 

Option 3 : louer une licence 

Vous n’avez ni le temps ni l’argent ? Dans ce cas, vous pouvez louer une licence auprès d'une entreprise spécialisée. Vous lui verserez alors une redevance mensuelle

Les tarifs varient selon les entreprises et leur zone d’implantation. À Paris, comptez environ 3 500 € par mois. Vous devrez donc déduire cette redevance de vos recettes.

Le saviez-vous ?

Contrairement au chauffeur de taxi, le chauffeur VTC n’a pas le droit de faire de la « maraude » (c’est-à-dire prendre en charge des passagers à la volée, qui se hèlent dans la rue) et ni de stationner sur la voie publique. Il n’a donc pas besoin de posséder une licence d’autorisation de stationnement, ce qui rend la profession de chauffeur VTC plus accessible. 

 

4 - Choisir le bon véhicule 

Votre voiture de taxi devra remplir des caractéristiques précises pour être prête à l’emploi. Ainsi elle devra obligatoirement comporter : 

  • 9 places assises maximum (en comptant la place conducteur) 

  • Une plaque visible de l’extérieur sur laquelle seront mentionnés votre numéro de licence et le(s) département(s) où vous êtes autorisé à exercer votre métier 

  • Un rectangle lumineux sur le toit, qui indiquera la mention TAXI et le nom de la commune où vous exercez.  

  • Un taximètre, c’est-à-dire un compteur mesurant le nombre de kilomètres parcourus. À cela s’ajoute l’imprimante reliée au compteur pour remettre une note sur le transport effectué à votre client. 

  • Un terminal de paiement électronique afin d’encaisser le règlement de vos clients. 

 

La loi n’oblige pas les chauffeurs de taxi à être propriétaires de leur véhicule. Vous pouvez donc l’acheter ou le louer

  • Neuf ou d’occasion, l’achat d’un véhicule pourra nécessiter l’obtention d’un prêt. Pensez à intégrer le remboursement de votre crédit dans vos charges mensuelles. 

  • Si vous préférez le louer, vous aurez le choix entre la location longue durée (LLD) ou la location avec option d’achat (LOA). Cette dernière option vous permet de louer votre véhicule (généralement pendant 2 à 3 ans) puis de le racheter au prix d’un véhicule d’occasion.  

Dans tous les cas, vous devrez donc prévoir un budget pour votre voiture. Pensez également aux coûts annexes comme le carburant, le contrôle technique ou encore l’entretien et l’assurance.  

Notre conseil : anticipez l’ensemble de vos charges en élaborant un business plan. Dans ce document, vous pourrez également analyser votre concurrence, élaborer votre prévisionnel financier et définir votre stratégie commerciale.  

 

5 - Choisir sa forme juridique 

Un chauffeur de taxi indépendant a le choix entre plusieurs formes juridiques pour créer son entreprise de transport. 

La micro-entreprise peut être une solution simple pour débuter rapidement votre activité. Les démarches de création et la gestion quotidienne sont en effet simplifiées dans cette forme d’entreprise individuelle. Néanmoins, ce statut connaît deux limitations principales : vous ne pouvez pas déduire les frais liés à votre activité et votre chiffre d’affaires est plafonné.  

 

La SASU (Société par actions simplifiée unipersonnelle) peut également convenir à votre projet. Plus protectrice que la micro-entreprise, cette forme de société s’adapte à tous les types de projets grâce à des statuts personnalisables de A à Z. Vous serez assimilé salarié et serez donc couvert comme un salarié (à l’exception du chômage) si vous vous versez une rémunération.  

Pour devenir taxi indépendant, vous pouvez enfin créer une EURL (Entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée), une forme juridique proche de la SASU (mêmes démarches de création et patrimoine protégé). Les différences majeures concernent les statuts de la société qui sont quasiment prérédigés et votre protection sociale (vous serez moins couvert puisque vous serez considéré comme travailleur non salarié ou TNS).  

Bon à savoir

L’avantage de la SASU et de l’EURL ? Vous pouvez très facilement les faire grandir votre entreprise de transport en vous associant ! La SASU devient alors une SAS (Société par actions simplifiée) tandis que l’EURL peut être transformée en SARL (Société à responsabilité limitée). 

 

6 - Créer sa société  

Une fois votre forme juridique déterminée, viendra le moment de créer votre société. Pour cela, 3 étapes sont incontournables : 

  • La rédaction des statuts : ils définissent les règles relatives au fonctionnement et à l’organisation de votre entreprise (prises de décision, capital social, nombre d’associés, régime fiscal, mentions légales selon la forme juridique, etc.).   

  • La publication de la création de votre société : cette étape payante (entre 100 et 200 €) consiste à publier une annonce dans un journal d’annonces légales attestant que votre entreprise a bien été créée.  

  • L'immatriculation de votre société auprès du registre du commerce et des sociétés (RCS) (et au Répertoire national des Métiers si vous êtes artisan). Cette étape marque la naissance administrative de votre entreprise. Vous obtiendrez ainsi votre numéro SIRET et l’extrait Kbis attestant de l’existence administrative de votre société.  

Pour aller plus loin : Les 6 étapes pour créer son entreprise 

 

7 - Développer son activité   

Vous êtes fin prêt pour sillonner les routes à la recherche de vos clients ? Voici quelques astuces pour démarrer sur les chapeaux de roue ! 

  • Déterminez votre zone d’activité : positionnez-vous à des endroits stratégiques (gares, aéroports) afin d’optimiser votre journée et de gérer votre emploi du temps.  

  • Démarchez de futurs clients : ne restez pas passif et faites-vous connaître auprès des hôtels ou des entreprises par exemple. Attention, la concurrence est parfois rude. Vous devrez peut-être proposer des prestations supplémentaires pour tirer votre épingle du jeu. 

  • Communiquez sur vos offres : des flyers, un site web ou simplement un compte sur Google My Business peuvent vous aider à gagner en visibilité. 

  • Soignez votre service client : proposer une prestation irréprochable vous permettra de fidéliser vos clients et de faire fonctionner le bouche-à-oreille. 

  • Anticipez vos charges et renseignez-vous sur les aides ouvertes aux créateurs d’entreprise. Vous y avez peut-être droit ! 

 

Vous l’avez compris, devenir taxi demande de passer par plusieurs étapes obligatoires. Parmi elles, le choix de votre forme juridique. Vous avez du mal à vous décider ? Notre équipe est là pour vous accompagner de A à Z dans vos démarches. N’hésitez plus et lancez-vous ! 

L’article "Comment devenir chauffeur de taxi ?" a été noté 0 sur 5 sur 0 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

201