full_illustration

Devenir pisciniste : le guide !

15-09-2022
5 minutes

Selon la Fédération des Professionnels de la Piscine (FPP), la France compte aujourd’hui près de 3 millions de piscines privées. Particulièrement dynamique, ce secteur est pourvoyeur d’emplois, qu’il s’agisse de construire de nouvelles installations ou encore de rénover et entretenir des piscines existantes. Ce métier vous fait de l’œil ? Découvrez-en davantage sur les missions d’un pisciniste et les compétences requises pour exercer cette activité. Comment créer une entreprise d’installation et d’entretien de piscines ? Simplitoo vous dit tout !

Quelles sont les missions d’un pisciniste ? 

Aussi appelé piscinier, le pisciniste prend en charge la construction, l’installation, la rénovation et l’entretien des piscines et des spas à usage collectif ou privé. 

Le pisciniste est un technicien qui intervient sur tous types de piscines (enterrées, hors sol, extérieures ou couvertes, maçonnées ou en plastique) et sur les espaces balnéo et les spas

L’activité d’un pisciniste est rythmée par les missions suivantes :  

  • la fabrication et l’installation de bassins : le professionnel doit veiller à respecter les normes de sécurité liées au gaz, surveiller l’étanchéité de ses travaux, etc. 

  • la rénovation de bassins existants  

  • la maintenance des installations  

  • l’entretien des bassins comme le traitement des eaux, le système de filtration de la piscine, etc. 

  • Le nettoyage des bassins 

Quelles sont les compétences requises pour devenir pisciniste ? 

Un pisciniste aguerri est capable de conduire un projet de sa phase d’évaluation jusqu’à sa livraison. Aussi, les professionnels de la piscine disposent de compétences multiples en : 

  • Maçonnerie

  • Hydraulique,  

  • Électricité en milieu aquatique,  

  • Plomberie

  • Systèmes de traitement de l’eau, 

  • Conception paysagère 

Ces compétences larges conduisent de nombreux piscinistes à se spécialiser dans un domaine donné (construction de bassins, installation de piscines, entretien et nettoyage...).  
Pour exercer le métier de pisciniste, il faut également être doté d’une bonne condition physique puisque vous serez souvent amené à porter des charges lourdes. L’organisation est aussi de mise puisque ce technicien doit gérer les plans opérationnels, administratifs et managériaux (suivi des chantiers, réalisation d’études préalables et émission de devis, suivi des contrats, relations avec les sous-traitants et les salariés, etc.).

 

Quels diplômes ou certifications professionnelles permettent de devenir pisciniste ?  

Pour des questions de sécurité, une piscine doit se conformer à plusieurs normes en vigueur. Une mauvaise étanchéité des travaux ou une mauvaise évacuation peuvent être à l’origine d’un accident. C'est pourquoi le métier de piscinier (ou pisciniste) fait partie des professions artisanales réglementées encadrées par la loi n° 96-603 du 5 juillet 1996, en tant que « installateur de réseaux d’eau ». Pour accéder à ce métier, vous devrez donc justifier d’un diplôme (ou formation) inscrit au Répertoire national des certifications professionnelles (RNCP), reconnu par le milieu : 

  • Brevet Professionnel (BP) Métiers de la piscine : ce diplôme est le seul dont la formation soit dédiée spécifiquement au métier de pisciniste. Il se prépare en deux ans, après un Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) ou en formation continue. Ce diplôme est notamment accessible avec une formation de CAP « monteur en installations sanitaires », « monteur en installations thermiques » ou « agent de la qualité de l’eau ». 

  • BP monteur en installations du génie climatique et sanitaire 

  • CAP monteur en installations sanitaires  

  • CAP monteur en installations thermiques  

Il existe une autre alternative à l’obtention d’un diplôme issu de ces formations : vous pouvez justifier d’une expérience professionnelle d’une durée de 3 ans consécutifs dans le métier au sein de l’Union Européenne (UE) ou dans un État de l’Espace Économique Européen (EEE). Dans ce cas, vous pouvez demander à la Chambre des Métiers et de l’Artisanat de vous délivrer une attestation de reconnaissance de qualification professionnelle

Bon à savoir

Si votre métier relève plutôt de l’entretien de parcs et jardins, c’est-à-dire si vous vous occupez d’entretenir l’eau et les abords du bassin, vous n’aurez pas à justifier d’un diplôme ou formation quelconque. Dans ce cas, vous exercez plutôt une activité de jardinier-paysagiste.  

 

Les obligations réglementaires applicables à l’activité de pisciniste 

En plus de l’obtention d’un diplôme reconnu par la profession, il faut respecter des normes et souscrire des assurances pour devenir pisciniste.  

Les normes relatives à la construction 

Le cadre technique et juridique applicable aux métiers de la piscine évolue régulièrement. Les piscinistes doivent notamment se soumettre aux normes relatives à la construction (normes ISO). Pour les piscines publiques, il existe une réglementation spécifique relative à la sécurité, à la qualité de l’eau (taux de chlore, pH de l’eau) conformément au Code de la Santé Publique (articles R 1321-1 et suivant).  

L’assurance décennale 

Si dans le cadre de son activité l’artisan pisciniste construit ou répare des installations, le professionnel est dans l’obligation de souscrire une assurance décennale. Cette assurance protège le constructeur. Elle permettra la réparation des dommages qui apparaîtraient après la fin des travaux (et pendant 10 ans) comme un problème d’étanchéité. L’entreprise doit, en effet, garantir ce qu’elle a construit pour une période de 10 ans (article 1792 du Code civil). 

L’assurance de responsabilité civile professionnelle (RC Pro)  

Pour les professionnels du Bâtiment et Travaux Publics (BTP), de l’habitat et de la construction, il est aussi obligatoire de souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle (RC Pro). Cette assurance permet de couvrir les éventuels dommages matériels ou corporels que vous pourriez causer à vos clients et/ou fournisseurs.  
 

Besoin d'une assurance ? Chez Simplitoo, on vous recommande de passer par notre partenaire Coover : vous pourrez y comparer des milliers de combinaisons de contrats d’assurances et trouvez votre match parfait au meilleur prix et en un temps record !  

 

La rémunération du métier de pisciniste 

La rémunération du pisciniste est variable en fonction de son statut (salarié ou pisciniste à son compte), du lieu où il exerce (à Paris ou en province) et de son niveau de qualification

Un pisciniste indépendant profitera d’un bénéfice plus important (de 1700 € à 3 000 € mensuellement) qu’un installateur de piscines salarié (de 1 200 à 2 000 €). 

Bon à savoir

Au cours de sa carrière, le pisciniste peut envisager de se reconvertir en tant que conseiller technique ou commercial. 

 

Comment créer une entreprise d’installation et / ou d’entretien de piscines ? 

Nous l’avons vu à l’instant, la rémunération des piscinistes indépendants est très sensiblement supérieure à celle des salariés. Et, en devenant votre propre patron, vous aurez aussi une grande liberté dans la prise de décisions (horaires de travail, organisation de la journée, etc.), sans oublier que vous développerez vos aptitudes commerciales (présentation de différents modèles, négociation des prix) ! Voici alors les 3 étapes à respecter pour une création d'entreprise réussie. 

Étape 1 : Préparer son projet de création d’entreprise 

Comme pour tout projet de création d’entreprise, l’élaboration d’un bon business plan est essentielle pour réussir. Ce document rassemble des informations nécessaires pour notamment convaincre vos partenaires potentiels (banques, collectivités publiques, fournisseurs, etc.) à vous soutenir. 

Pour être efficace, le business plan comporte les éléments suivants : 

  • Une étude de marché qui analyse l’état de la concurrence et le profil de vos futurs clients.  

  • Une stratégie commerciale et marketing : Allez-vous vous spécialiser dans la construction et l’installation de piscines ou plutôt dans la rénovation et l’entretien ? Quels types de piscines souhaitez-vous commercialiser et installer (enterrées, hors sol, spa, balnéo…) ?  

  • L’élaboration d’une grille tarifaire  

  • Votre stratégie de communication : Sur quels canaux est-il pertinent de communiquer ? Est-ce que vous pensez créer un site internet ? Etc. 

  • Votre stratégie de financement : Quelles sources de financement sont mobilisables pour réaliser les investissements initiaux et lancer votre activité ? (fonds propres, biens mobiliers et immobiliers (locaux…), recours à des investisseurs extérieurs et / ou aides à la création d'entreprise auxquelles vous êtes susceptible d’être éligible). 

Vous pouvez aussi commencer à chercher vos futurs clients via : 

  • Des appels d’offres des collectivités publiques 

  • Une plateforme proposant des devis en ligne, afin d’être mis en relation avec des clients potentiels 

  • La liste des permis de construire accordés en mairie et en sollicitant les maîtres d’ouvrage 

  • Le développement de partenariats avec des professionnels du bâtiment (architectes, entreprises du BTP, etc.) 

Le saviez-vous ?

Si vous souhaitez profiter de l’indépendance offerte par l’entrepreneuriat tout en étant accompagné dans votre projet de création d’entreprise, vous pourriez être intéressé par la conclusion d’un contrat de franchise avec un réseau de piscinistes connus et reconnus sur le marché. Dans le secteur de la piscine, ces réseaux offrent souvent un accompagnement juridique et administratif ainsi que des programmes de formation de qualité. 

 

Étape 2 : Choisir la forme juridique de son entreprise 

Pour devenir pisciniste, le choix de la forme juridique de votre société ne doit pas être négligé puisqu’il va avoir des implications financières, fiscales, sociales et de patrimoine. 

Le choix entre création d’une micro-entreprise ou constitution d’une société est particulièrement important. Le régime comptable, fiscal et social simplifié de la micro-entreprise peut être envisagé pour tester son activité. Toutefois, ce statut risque vite de présenter des limites. En effet, pour bénéficier du régime de la micro-entreprise, votre chiffre d’affaires en tant que pisciniste ne devra pas dépasser 72 600 € HT pour les activités de prestation de services commerciales ou artisanales. 

Par ailleurs, l’exonération de TVA dont bénéficient les micro-entreprises n’est plus applicable lorsque le chiffre d’affaires dépasse 34 400 € (pour les prestations de services).  

Il est alors plutôt recommandé, pour un pisciniste, de se constituer en société. Ce choix comporte de nombreux avantages : 

  • votre responsabilité sera limitée à vos apports au capital de la société 

  • votre chiffre d’affaires est illimité 

  • vous pourrez accueillir de nouveaux associés 

  • vous pourrez déduire toutes vos charges des impôts et cotisations à payer 

Il est possible de lancer votre activité de pisciniste en tant que seul associé sous le statut de l’Entreprise Unipersonnelle à Responsabilité Limitée (EURL) ou celui de la Société par Actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU). Si le projet compte plusieurs associés, il conviendra de faire le choix d’une société pluripersonnelle, soit une Société à Responsabilité Limitée (SARL) ou une Société par Actions Simplifiée (SAS).  

N’hésitez pas à utiliser notre simulateur. En quelques clics, vous aurez une première idée du statut le mieux adapté à votre projet de créer une société dans le secteur de la piscine.  

Étape 3 : Réaliser les formalités administratives de création d’entreprise de piscine 

La profession de pisciniste est une activité artisanale qui nécessite une immatriculation au Répertoire des Métiers. Le Centre de Formalités des Entreprises (CFE) compétent est la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA). 

Si vous faites le choix de constituer une société, vous devrez également vous immatriculer au Registre du Commerce et des Sociétés (RCS). 

La création de votre société de piscine s’accompagnera aussi des formalités suivantes :  

  • Constitution du capital social (à partir de 1€) 

  • Dépôt de ce capital social à la banque 

  • Rédaction et signature des statuts (où sont inscrits les règles de gestion et de fonctionnement de l'entreprise, les parts du capital social, le nom du dirigeant, la dénomination sociale de l’entreprise, etc.) 

  • Publication d’une annonce légale dans un journal officiel pour annoncer la création de votre entreprise 

  • Constitution et envoi de votre dossier d'immatriculation 

Une fois toutes ces démarches complétées, vous recevrez le numéro SIRET de votre entreprise qui est fait office de pièce d’identité. 

Pour créer votre entreprise de pisciniste, les experts Simplitoo vous accompagnent tout au long des étapes : rédaction de statuts personnalisés, dépôt du capital social, publication de l’annonce légale et envoi du dossier d’immatriculation. N’hésitez pas à les contacter pour en savoir plus sur nos prestations ! 

L’article "Devenir pisciniste : le guide !" a été noté 4 sur 5 sur 1 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

29