full_illustration

Le besoin en fonds de roulement en entreprise

15-07-2022
5 minutes

Vous lancez ou avez lancé votre projet ? S’assurer de la rentabilité de votre activité est primordial ! Vous devez alors tenir une comptabilité à jour, comportant des éléments d’analyse des finances de votre business. Le besoin en fonds de roulement (BFR) est une des clefs pour la gestion courante de vos ressources. Cet indicateur calcule la différence entre vos encaissements et vos dépenses. Vous obtenez ainsi une estimation de la somme nécessaire au fonctionnement régulier de votre entreprise. Utilité, composition, calcul et analyse : on vous explique tout !

Le besoin en fonds de roulement (BFR) : kézako ? 

Définition générale  

Le besoin en fonds de roulement est un élément indispensable de votre business plan pour chiffrer les finances de votre entreprise. Il se trouve en général dans le bilan comptable des entreprises. Avant la création de votre société ou en pleine activité, vous pouvez utiliser cet indicateur à tout moment pour estimer les fonds nécessaires au bon fonctionnement de votre projet ! 

Concrètement, le besoin en fonds de roulement correspond aux sommes que vous devez en permanence investir pour l’exploitation de votre entreprise. On parle du décalage de trésorerie de votre entreprise. Il permet de vous assurer que la trésorerie de votre business est en bonne santé financière, c’est-à-dire que vous enregistrez plus d’encaissements que de dépenses et que votre résultat n’est pas négatif.  

Exemple

Par exemple, Georges tient un magasin de pierres précieuses. L'activité principale de son entreprise consiste à vendre des pierres pour dégager des bénéfices. Cependant, il doit prendre en compte des dépenses obligatoires pour faire marcher son magasin, par exemple le paiement de Théo, son fournisseur. 

Ainsi, en calculant son BFR, Georges sait comment gérer et financer son activité, par exemple en estimant un volume de produits à vendre pour compenser les dépenses et tirer des bénéfices.

Besoin en fonds de roulement (BFR) : quelle composition ? 

Le besoin en fonds de roulement est une balance de votre activité. Il prend en compte les encaissements et les décaissements de votre entreprise. Plus précisément, voici de quoi il se compose :  

  • Le montant des créances clients, c’est-à-dire les sommes que vos acheteurs vous doivent mais qui n’ont pas encore encaissé 

  • Le montant des dettes fournisseurs, c’est-à-dire l’argent que vous devez aux fournisseurs mais que vous n’avez pas encore réglé 

  • Le montant des stocks moyens, autrement dit l’ensemble des marchandises à disposition, en attente d’être vendues (matière première, produits finis, etc.) 

Si vous exercez une activité de prestations de services, vous ne disposez d’aucune marchandise. Dans ce cas, les charges courantes, ou travaux en cours, sont prises en compte. Il s’agit des prestations en cours de réalisation.  

Pour avoir un besoin en fonds de roulement aussi précis que possible, vous pouvez inclure les dettes sociales et fiscales dans votre calcul. Il s’agit des sommes dues à l’État, aux partenaires sociaux ou aux salariés par les entreprises. Par exemple, les cotisations sociales, la rémunération ou la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) en attente de règlement. 

Exemple

Reprenons l’exemple de Georges. Il doit 1 000 € à son fournisseur Théo : c’est une dette fournisseur. En parallèle, Catherine lui achète 2 pierres précieuses pour 2 000 € mais ne le lui a pas encore réglé : c’est une créance client. La valeur de toutes les pierres précieuses entreposées dans son magasin correspond à son stock moyen tant qu’elles ne sont pas vendues. 

 

Comment calculer le besoin en fonds de roulement (BFR) ? 

En cas d’activité commerciale 

Le calcul basique du besoin en fonds de roulement est le suivant :  

Actif courant (circulant) – Passif courant (circulant) 

Pour comprendre le détail de ce calcul, voici une formule plus complète :  

(Stocks moyens + créances clients) - dettes fournisseurs 

Comme vous pouvez le voir, les créances clients et les stocks sont comptabilisés ensemble. En effet, ils représentent l’argent « dormant », que vous n’avez pas encore encaissé. Les dettes fournisseurs sont déduites de cette somme.  

Exemple

Dans le cas de notre vendeur de pierres précieuses, voici les données de son entreprise :  

  • Le montant de son stock est de 30 000 €

  • Les créances clients s’élèvent à 6 000 €

  • Les dettes fournisseurs représentent 10 000 €

(30 000 + 6 000) - 10 000 = 26 000

Le besoin en fonds de roulement (BFR) s’affiche à 26 000 € pour la société de Georges.  

En cas de prestations de services 

Si vous exercez une activité de services, le calcul du BFR diffère :  

(Travaux en cours + créances clients) - dettes fournisseurs 

 Vous devez ici prendre en compte d’autres variables, en raison de la nature de votre activité :  

  • Le coût d’une journée de travail 

  • Les charges courantes nécessaires à la mission, rémunération incluse 

  • Le temps nécessaire pour accomplir la mission auprès du client 

Délais de paiement et de règlement, rotation des stocks : les ratios à prendre en compte 

Ces 3 indicateurs jouent un rôle clef dans le besoin en fonds de roulement (BFR) de votre entreprise. Ce sont des moyennes, autrement dit ces ratios fournissent des estimations aux entreprises ! 

Le délai de paiement représente le nombre de jours moyen dont vous disposez pour payer vos fournisseurs. Vous devez diviser la somme de vos dettes et de vos achats Toutes Taxes Comprises (TTC) puis multiplier le tout sur la période de calcul (1 mois, 3 mois, 1 an, etc.) 

Voici par exemple la formule pour 3 mois :  

(Dettes fournisseurs / Achats TTC) x 90 

À l’inverse, le délai de règlement reprend le nombre de jours moyen à partir duquel le client va régler le montant dû. Pour le calcul, vous divisez cette fois-ci les créances par votre chiffre d’affaires avant de multiplier le tout par la période choisie.  

Ainsi pour 3 mois : 

(Créances clients / Chiffre d’affaires TTC) x 90 

Le délai de rotation des stocks quant à lui représente la durée pendant laquelle un produit reste en stock dans votre magasin sans être vendu. Le calcul prend en compte le montant de votre stock moyen, divisé par le coût de production (prix d’achat, de fabrication, etc.) en multipliant le résultat par la période donnée.  

Pour connaître le délai moyen de rotation de vos stocks sur 3 mois :  

(Stock moyen / Coût de production ou fabrication) x 90 

Exemple de tableau de calcul du besoin en fonds de roulement (BFR) 

 

2019 

2020 

2021 

Besoins d’exploitation (créances clients, stocks) 

50 000 € 

45 000 € 

48 500 € 

Ressources d’exploitation (dettes fournisseurs, charges salariales, impôts) 

25 000 € 

30 000 € 

27 000 € 

BFR 

25 000 € 

15 000 € 

21 500 € 

Variation du BFR  

25 000 € 

10 000 € 

-6 500 € 

 

Analyser le besoin en fonds de roulement (BFR) 

Si le besoin en fonds de roulement est positif 

Après avoir fait le calcul, vous vous apercevez que le montant du BFR est positif, c’est-à-dire supérieur à zéro. Dans cette hypothèse, vous êtes en besoin de financement.  

Concrètement, votre clientèle tarde à vous payer alors que vous avez déjà réglé les sommes aux fournisseurs pour acheter la marchandise. Votre trésorerie est en déficit. Il faut alors la renflouer : c’est le financement de l’exploitation

Si le besoin en fonds de roulement est négatif 

Au contraire, après le calcul, vous vous retrouvez avec un BFR inférieur à zéro. Le bilan indique alors que vous disposez de ressources de financement

Concrètement, votre entreprise encaisse plus d’argent, par exemple grâce au règlement direct des acheteurs, qu’elle n’a de dettes à payer aux fournisseurs. C’est notamment le cas dans des secteurs comme la grande distribution ou la restauration, dans lesquels le consommateur règle directement le prix de vente des produits. Pas besoin de financer votre trésorerie dans ce cas ! 

Si le besoin en fonds de roulement est nul 

Enfin, votre besoin en fonds de roulement peut être égal à zéro. Pas de déficit ni de ressources disponibles ! Vous parvenez parfaitement à rembourser vos dépenses grâce aux ventes réalisées. Néanmoins, un besoin financier peut exister, par exemple pour dégager une marge.

Exemple

On retrouve Georges qui a calculé son besoin en fonds de roulement (BFR) à 26 000 €. Le résultat positif signifie que notre vendeur de pierres précieuses doit trouver des financements pour l’exploitation de son activité. En effet, ses clients tardent à le payer et le montant de son stock reste élevé alors qu’il doit régler ses fournisseurs ! 

Comment peut-il s’y prendre ?

 

Compenser le besoin en fonds de roulement (BFR) 

La compensation financière 

Si vous êtes dans une situation où votre besoin en fonds de roulement est positif (déficit), vous devez impérativement renflouer ce besoin de trésorerie. Selon la somme manquante, les techniques et l’origine du financement sont différentes.  

En cas de remboursement à court terme 

Le système le plus couru en cas de léger déficit est le découvert bancaire. Il vous permet de prélever plus d’argent que ce qui est disponible sur votre compte courant professionnel. En d’autres termes, vous contractez une dette à court terme.  

Concrètement, votre banque vous autorise à dépasser le plafond pour pallier le manque de trésorerie. En échange, vous remboursez la somme avec des intérêts, des agios ou des commissions supplémentaires. 

Bon à savoir

Le découvert bancaire est permis aussi bien de manière récurrente que ponctuellement. Cela dépend du rythme de votre activité et de votre planification financière. 

 

L’affacturage est une autre option de financement à court terme. Cette opération consiste pour vous à vendre des factures en attente de règlement. En pratique, vous cédez les créances clients à un établissement bancaire contre une partie de la somme due. Cela permet de renforcer votre trésorerie immédiatement. Le client devra alors régler la somme directement au nouveau créancier. 

En cas de remboursement à moyen / long terme 

Si le montant du besoin en fonds de roulement (BFR) est plus élevé, votre dette est remboursée sur une plus longue période. Ainsi, si votre entreprise possède une trésorerie importante, la question est assez vite réglée. Vous aurez simplement à puiser dans ces ressources propres pour compenser le manque de trésorerie.  

En revanche, si votre trésorerie est faible, d’autres possibilités existent :  

  • Les apports propres, ce sont tout simplement les fonds investis par les associés dans le capital de la société (on parle d’apports en numéraire ou en nature

  • Le compte courant d’associé, un prêt accordé par un associé à la société sans modifier le capital social 

  • Les emprunts, notamment ceux à long terme (crédit auprès d’une banque) 

  • Le financement participatif, largement utilisé par les petites structures ou les associations (crowdfunding, love money, etc.) 

  • Le fonds de roulement, c’est-à-dire l’ensemble des ressources durables disponibles dans votre entreprise  

La négociation

Pour combler le manque de trésorerie, vous pouvez également jouer sur le délai de paiement de la marchandise avec le fournisseur. En effet, il est possible de négocier une date limite de paiement plus longue, notamment en cas de volume de commande important. Cette option est intéressante si vos clients tardent généralement à régler leurs dettes.  

Inversement, vous pouvez fixer à vos clients un délai maximum de règlement du prix de vente. Légalement, le client dispose de 60 jours pour payer le produit ou le service, sauf cas particulier ou mention particulière dans le contrat de vente. Ainsi, vous pouvez abaisser le délai de règlement à 30 jours à partir de l’émission de la facture. 

L’acompte est aussi une technique envisageable dans la relation avec vos clients. En bref, vous vous engagez à réduire le prix de vente si l’acheteur vous verse le montant plus tôt que prévu. Le but est de recevoir rapidement la somme due pour éviter les décalages de trésorerie. 

La gestion des stocks 

Votre décalage de trésorerie peut aussi trouver son origine dans une gestion de la marchandise mal optimisée. Dans ce cas, voici quelques solutions à mettre en œuvre :  

  • Travailler en flux tendu, c’est-à-dire éviter de constituer des réserves trop importantes et acheter seulement selon la demande des clients 

  • Étudier le comportement d’achat de vos clients pour ajuster vos stocks, par exemple le montant moyen de leurs achats chaque mois 

  • Prévoir des dates de réapprovisionnement à parti d’un seuil minimal de produits 

  • Faire appel à un professionnel de la prestation logistique pour améliorer la gestion de vos stocks 

 

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour comprendre et calculer le besoin en fonds de roulement (BFR) de votre entreprise ! Si celui-ci est positif, pas de panique : c’est une situation normale pour une entreprise (surtout si vos clients ne règlent pas directement leurs factures !). Besoin d’aide pour mieux comprendre vos finances ? Les équipes de Simplitoo sont à vos côtés pour vous expliquer comment lancer votre projet en toute sérénité !  

L’article "Le besoin en fonds de roulement en entreprise" a été noté 0 sur 5 sur 0 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

43