full_illustration

Comment trouver la bonne idée de création d’entreprise ?

18-03-2022
4 minutes

Devenir votre propre patron, vous y pensez de plus en plus ? La création d’entreprise est à la portée de tous ! Vous avez des idées en pagaille et ne savez pas comment choisir ? C’est au contraire la page blanche et vous ne savez quel type de business lancer ? Voici nos 10 conseils pour trouver l’idée qui fera mouche !

Conseil n° 1 : recensez vos envies 

Créer son entreprise, c’est l’opportunité de faire ce que l’on aime, voire vivre de sa passion. Alors, profitez-en ! Prenez le temps de réfléchir aux activités, domaines et sujets dans lesquels vous vous épanouissez réellement. De quoi aimeriez-vous que votre quotidien soit fait ?  

En effet, n’oubliez pas qu’être à son compte demande un réel investissement et une bonne dose de motivation. Mieux vaut s’orienter dans un secteur d’activité qui correspond à vos aspirations.  

Soyez également attentif à ce que vos proches disent de vous. Il n’est pas rare que l’on sous-estime ses talents, alors que ceux-ci sautent aux yeux de ceux qui nous côtoient régulièrement. N’entendez-vous jamais des petites phrases, telles que : « Qu’est-ce que tu dessines bien ! » ou « Tu es vraiment sociable ». Interrogez vos amis, votre famille, des idées pourraient germer ! 

Et pourquoi ne pas vous ouvrir à des activités que vous ne maîtrisez pas totalement ? Petit, vous rêviez de devenir ébéniste, jardinier ou tatoueur ? Alors, pourquoi pas ? Il n’y a en effet pas d’âge pour se former ! En plus, vous avez probablement, comme tout travailleur, des crédits en euros sur votre Compte Personnel Formation. Profitez-en pour élargir vos compétences ! 

 

Conseil n° 2 : faites le point sur vos compétences 

Justement, vous aimeriez mieux cerner ce que vous savez faire ? Que vous soyez salarié, fonctionnaire ou demandeur d’emploi, vous pouvez réaliser un bilan de compétences, en vue de changer d’activité professionnelle et / ou de créer ou reprendre une entreprise.  

La durée du bilan de compétences est variable et ne peut excéder 24 heures au total. Le bilan se déroule en 3 phases : 

  • une phase préliminaire durant laquelle vos besoins sont analysés et les modalités du bilan de compétences définies 

  • une phase d’investigation qui vise à construire votre projet professionnel et à dégager une ou plusieurs perspectives 

  • une phase de conclusion afin de prévoir les étapes du ou des projets professionnels 

Le bilan de compétences peut être financé par : 

  • Votre ancien employeur, s’il accepte de le faire 

  • Pôle Emploi pour les demandeurs d’emploi 

  • Votre Compte Personnel de Formation (CPF) 

Bon à savoir

Un autre outil permet de faire le point sur ses compétences et, le cas échéant, d’envisager la création d’une entreprise. Il s’agit du Conseil en Évolution Professionnelle (CEP). Ce dispositif comporte plusieurs avantages. Il est gratuit, dispensé par un organisme public et peut être suivi sans que votre employeur soit informé.

  

Conseil n° 3 : soyez attentif aux dernières tendances  

Certains concepts qui connaissent un grand succès dans d’autres régions (artisanat « made in France », commerce écoresponsable, vente de produits alimentaires en vrac, « click and collect » …) ne sont peut-être pas très développés dans votre secteur géographique. Il y a donc sans doute une opportunité !  

Vous pouvez également regarder ce qui se passe à l’étranger et identifier les concepts qui marchent là-bas. En un mot, faire preuve de flair pour prendre un temps d’avance ! Pour vous aider, vous pouvez par exemple vous intéresser aux starts-up au Japon, aux États-Unis ou en Chine. Elles proposent pour beaucoup des produits inédits en France qui pourraient susciter la curiosité chez votre future clientèle.

 

Conseil n° 4 : observez votre environnement et repérez ses besoins  

Les idées les plus simples sont parfois les meilleures ! Utilisez votre esprit critique et regardez attentivement autour de vous. Écoutez vos amis, votre famille ou les gens que vous croisez au quotidien. Ils peuvent sans s’en rendre compte pour faire part de leurs manques ou des difficultés pratiques pour lesquelles ils aimeraient trouver des solutions.  

Prenons un exemple : après le premier confinement, le gouvernement a mis en place la « prime Coup de pouce vélo » afin d’inciter les Français à moins utiliser leur voiture pour leurs déplacements. Une véritable aubaine pour les réparateurs en herbe qui ont ainsi vu les demandes exploser ! C’était en effet le moment idéal pour créer une entreprise de réparation de vélo à domicile ! 

Vous avez donc tout intérêt à faire preuve d’observation. L’écosystème français est en constante évolution ! 

Pour aller plus loin : Les 10 secteurs porteurs en 2022 

Conseil n° 5 : présentez votre projet pour le tester 

Vous avez une idée mais n’êtes pas certain qu’elle soit pertinente ? Ne vous lancez pas tête baissée et testez-la ! 

Si vous disposez déjà d’un réseau professionnel ou simplement d’un compte LinkedIn, vous pouvez par exemple la présenter à vos connaissances et / ou vos abonnés. Vous êtes libre de définir la formule de cette présentation : par écrit, en présentiel ou lors d’un webinaire. L’objectif ici est de recueillir les avis pour ensuite affiner votre projet. 

Une autre option consiste à présenter votre idée directement à vos potentiels clients. Vous pouvez par exemple leur demander de renseigner un questionnaire pour cibler plus précisément leurs besoins. 

En un mot, échangez autour de votre projet et écoutez les retours des uns et des autres de manière attentive. D’autres idées pourraient naître dans votre esprit ! 

Le saviez-vous ?

Vous avez un projet innovant ? La méthode du Lean Start-up développée par l’entrepreneur américain Éric Ries pourrait vous intéresser. Elle se décompose en 3 étapes :

  • la conception de l’idée

  • un interrogatoire d’une douzaine de personnes pour vous assurer de l’existence d’un besoin

  • la prise en compte des retours pour faire évoluer votre offre ou votre concept

Il vous suffit ensuite de suivre ce processus autant de fois que nécessaire jusqu’à acquérir la certitude de la viabilité de votre projet. 

 

Conseil n° 6 : laissez-vous inspirer  

Et si vous laissiez les idées venir naturellement en vous immergeant davantage dans le monde de l’entrepreneuriat ? 

Vous pouvez par exemple : 

  • lire la presse spécialisée et des ouvrages d’entrepreneurs 

  • consulter des sites de professionnels, des blogs, des chaînes YouTube d’influenceurs 

  • vous abonner à des newsletters dédiées aux entrepreneurs 

  • vous référer à des études sectorielles, de marché, statistiques ou prospectives publiées 

  • visiter les plateformes de crowdfunding qui regorgent de projets de création d’entreprises et de start-ups 

  • participer à des salons, à des conférences, des start-ups week-ends ou des meet-ups d’entrepreneurs qui en plus vous permettront de vous constituer un carnet d’adresses 

Et ne l’oubliez pas : une bonne idée d’entreprise n’est pas forcément révolutionnaire. Vous pouvez faire ce que d’autres font déjà. L’essentiel, c’est la manière dont vous vendez vos services ou vos produits. Ce qui est unique, c’est vous

Conseil n° 7 : pensez aux opportunités en ligne 

Le web fait partie intégrante de notre quotidien et les business en ligne, propulsés par la crise sanitaire, sont aujourd’hui florissants. Il y a donc peut-être une opportunité à saisir de ce côté-là ! 

Ce type d’activité comporte en plus de multiples avantages :  

  • Pas de lieu de travail fixe : un ordinateur et une connexion internet suffisent 

  • Peu de frais d’installation : vous n’aurez pas besoin d’investir dans un local puisque votre vitrine commerciale sera votre site web 

  • Pas de frontières pour votre business : vous pouvez vendre vos produits ou vos services partout dans le monde 

Alors quelles sont les entreprises en ligne qui marchent vraiment sur le web ? 

  • Le marketing d’affiliation pour générer ce qu’on appelle des revenus passifs : si vous maîtrisez le développement web, vous pouvez par exemple créer un site dit « niche » pour ensuite monétiser les clics sur certains produits ou services vendus par d’autres personnes. 

  • La vente de produits artisanaux en ligne, et donc fabriqués par vos soins cette fois-ci : vous pouvez créer votre site de e-commerce ou vendre vos créations via des plateformes dédiées. 

  • Le dropshipping : ici pas de produits en stock, vous vous concentrez sur votre stratégie marketing pour vendre des produits qui seront ensuite expédiés par un grossiste. 

  • La vente de services : vous savez écrire, faire des logos, créer des sites internet ? Utilisez le web pour faire connaître vos talents aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Pas besoin de vous déplacer, vous pouvez tout faire depuis votre domicile ! 

 

Conseil n° 8 : se lancer en franchise  

Vous préférez jouer la carte de la sécurité ? Dans ce cas, vous pouvez rejoindre un réseau de franchise pour ainsi vous appuyer sur un concept déjà existant. Vous profitez alors de la notoriété du franchiseur et d’une aide à l’installation. 

Selon votre secteur de prédilection, les réseaux de franchise seront plus ou moins nombreux. Là aussi, prenez le temps de vous renseigner sur chacun d’eux. Rassemblez les informations les concernant et échangez avec des franchisés. Sachez également que tout franchiseur a l’obligation de fournir un Document d'informations précontractuelles (DIP) à toute personne intéressée. Ce dernier compile toutes les informations de base utiles pour prendre votre décision (présentation du franchiseur, de son entreprise, du réseau, éléments du contrat, etc.). 

Bon à savoir

S’installer en franchise comporte aussi des inconvénients : vous devrez vous acquitter d’un droit d’entrée (plusieurs milliers d’euros) pour ouvrir votre commerce puis verser des redevances régulières. Votre autonomie sera également limitée puisqu’il vous faudra respecter les codes (modalités de fabrication, de vente, etc.) imposés par le franchiseur.

Conseil n° 9 : reprenez un local bien situé 

Vous avez repéré un local commercial à deux pas de chez vous et/ ou dans un quartier attrayant ? C’est peut-être le moment de saisir cette opportunité ! 

Si l’activité en place fonctionnait bien, vous pouvez vous renseigner pour acheter le fonds de commerce et ensuite y apporter votre touche personnelle. 

Qu’il s’agisse d’un local professionnel ou commercial, vous pourriez aussi peut-être y lancer une nouvelle activité. Dans ce cas, réaliser une étude de marché sera tout à fait pertinent. Cette étape vous permettra d’identifier le marché, d’analyser la demande afin d’avoir une connaissance fine de vos futurs clients (âge, pouvoir d’achat, habitudes de consommation…) et de dresser un état des lieux de l’offre de la concurrence.

 

Conseil n° 10 : testez les méthodes de créativité 

Les idées, ça ne tombe pas du ciel et il est parfois décourageant de ne pas trouver. Ne vous baissez les bras pour autant ! Il existe en effet de nombreuses méthodes pour développer votre créativité. Il vous suffit de trouver celle qui vous convient ! 

  • La « défectuologie » : cette méthode consiste à adopter un regard très critique à l’égard d’un produit, à en détecter les manques et donc les leviers d’amélioration. 

  • Le brainstorming : entourez-vous par exemple de quelques amis, définissez un sujet (le vélo par exemple) et lancez vos idées sans retenue. Osez la fantaisie, le but ici est de renforcer votre capacité à trouver de nouvelles idées. Une fois votre sujet épuisé, trouvez-en un autre. Vous le verrez, cette gymnastique cérébrale peut être particulièrement efficace pour lever certains de vos blocages. 

  • Le mind mapping : inscrivez au centre d’une grande feuille votre envie (ouvrir un commerce) ou votre domaine de prédilection (l’informatique) puis déclinez toutes les possibilités en les précisant un peu plus à chaque fois. Vous obtenez alors une arborescence qui peut vous aider à dégager une idée de création d’entreprise. 

  • La technique du « Et si ? » : partez d’une idée farfelue et laissez ensuite courir votre imagination. Et si nous n’avions pas internet ? Et si votre voisin avait besoin d’aide ? En d’autres termes, imaginez toutes sortes de situations pour débloquer votre créativité ! 

 

Conseil bonus : démarrez du bon pied 

Trouver une idée de création d’entreprise, c’est la base de tout projet. Néanmoins, ce n’est pas tout ! Une fois votre concept validé, vous devrez en effet le consolider en définissant plus précisément votre stratégie. C’est l’objectif du business plan. Ce document incontournable s’inscrit dans le prolongement de votre étude de marché. Il vous permettra de planifier le développement de votre idée, prévoir votre budget et établir votre plan de communication pour trouver des clients

Cette étape, certes fastidieuse, vous aidera également à mieux cibler les aides à la création d’entreprise auxquelles vous pouvez prétendre. 

 

Créer son entreprise ou sa société est un travail de longue haleine au cours duquel il peut être pertinent de se faire accompagner. Apprenez à déléguer pour ne pas vous épuiser ! Cela vous permettra de vous concentrer pleinement sur ce qui fait le cœur de votre projet. En effet, n’oubliez pas que parallèlement au développement de votre idée, vous allez devoir consacrer du temps à nombreuses formalités administratives. Nos experts peuvent alors vous soutenir dans cette phase, en effectuant vos démarches de création à votre place. Contactez-nous ! Du choix de votre forme juridique à la rédaction de vos statuts, nous sommes là pour vous accompagner ! 

 

 

L’article "Comment trouver la bonne idée de création d’entreprise ?" a été noté 0 sur 5 sur 0 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

242