full_illustration

Ouvrir sa salle de sport : le guide étape par étape

30-06-2022
6 minutes

Passionné par le fitness, le sport et le « bien-être », vous avez toujours rêvé d’ouvrir et gérer une salle de sport ? Vous êtes au bon endroit ! Mais attention, il s’agit de brûler des calories et pas les étapes ! Créer votre propre entreprise nécessite en effet un plan réfléchi, des solutions de financement et un respect strict des diverses réglementations. Voici la marche à suivre pour ouvrir une salle de sport !

Construire son projet de salle de sport 

Faire une étude de marché  

Le marché des salles de sport est aujourd’hui très concurrentiel. Entre les chaînes de fitness, les salles indépendantes et les coachs sportifs à domicile ou en ligne, les clients ont le choix ! Préparer votre projet en construisant une étude de marché sur le monde du fitness est donc incontournable. 

Pour élaborer cette étude, vous pouvez en premier lieu vous poser les questions suivantes :  

  • Qui sont les concurrents et quelles sont leurs offres ? 

  • Quels sont les défauts / manques des services proposés sur le marché ? 

  • Quelles solutions pouvez-vous apporter avec votre salle de sport ? 

  • Quelle clientèle attirer dans votre salle de sport ? Plutôt de jeunes sportifs, des actifs ou des retraités ? 

  • Quel emplacement pour votre entreprise ? En métropole, une ville moyenne ? Zone industrielle ou centre-ville ? 

Construire un business plan 

Avec une idée plus claire du marché et de votre projet d’entreprise, vous pouvez passer à l’étape suivante et rédiger un business plan pour votre salle de sport. 

Bon à savoir

Un business plan est un prérequis facultatif mais une étape fortement recommandée avant la création d’une entreprise. Il vous aide à établir un plan d’action et des prévisions pour les débuts de votre activité. Le business plan est aussi un argument pour inciter à l’investissement et aux apports dans votre projet ! 

 

Afin de construire un business plan efficace pour votre salle de sport, vous devez principalement y faire figurer :  

  • Le contexte de l’activité, dans votre cas une étude de la concurrence directe dans le monde du sport 

  • Votre cible, autrement l’âge de vos prospects, leur catégorie socio-professionnelle, etc. 

  • La stratégie mise en œuvre, par exemple si votre salle de sport est dédiée aux pratiquants de body-building, aux activités de gym ou de fitness 

  • Les dépenses estimées (entretien de la salle, charges, matériel et équipements, maintenance, etc.) 

  • Le retour sur investissement attendu, et donc le tarif des abonnements et des ventes 

Le business plan sera ainsi l’occasion d’élaborer plus précisément le plan de financement de votre salle de sport. Notez qu’il est conseillé de faire deux types de tableaux prévisionnels : 

Ces documents vous permettront de déterminer précisément : 

  • Les besoins nécessaires au démarrage de votre salle de sport (investissements, besoins en trésorerie et en fonds de roulement, etc.)   

  • Les ressources financières dont vous disposez déjà (apports des associés, emprunts, aides à la création d'entreprise…) 

  • Vos ressources durables et les ressources futures (capacité d’autofinancement, nouveaux emprunts, etc.) 

  • Les sorties d’argent à venir (remboursement des emprunts, investissements futurs, dividendes à verser aux associés…) 

 

Trouver le financement 

Les apports financiers sont un élément vital à votre projet. Généralement, pour la création d’une salle de sport, on estime que le montant minimum est de 100 000 euros, voire le double en centre-ville.  

Vous avez donc besoin d’un plan pour financer l'investissement dans votre entreprise. Vous pouvez alors miser sur plusieurs ressources pour créer votre activité :  

 

Quelle structure juridique choisir votre salle de sport ? 

Le choix de la forme juridique : une décision stratégique 

En théorie, n’importe quelle forme de société est envisageable pour ouvrir une salle de sport.  

En pratique, le choix de la micro-entreprise reste toutefois déconseillé. En effet, devenir auto-entrepreneur est plutôt approprié aux activités de plus petite taille. Il en va de même pour l’Entreprise Individuelle (EI), une forme juridique adaptée aux entrepreneurs ayant des projets de moindre envergure. 

Alors, quelle marche à suivre pour bien choisir la structure juridique pour votre salle de sport ? 

Le choix de votre forme juridique dépendra tout d’abord du nombre d’associés qui prennent part au projet : 

Bien choisir la forme juridique pour votre salle de sport est une étape cruciale car cela aura un impact sur : 

  • Le montant minimum d’investissement au capital social 

  • Les règles de fonctionnement au sein de votre société 

  • Les modalités de prise de décision 

  • La rémunération du dirigeant (rémunération mensuelle et / ou dividendes) de la salle de sport 

  • La protection sociale du dirigeant 

  • Le statut de votre conjoint, s’il collabore avec vous 

  • Votre régime d’imposition (impôt sur le revenu ou sur les sociétés) 

Le saviez-vous ?

Parallèlement à l’imposition de vos bénéfices, ne perdez pas de vue que vous devrez également reverser la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA), perçue sur les abonnements et tout autre produit que votre salle vend. Vous serez également redevable de la Contribution Foncière des Entreprises (CFE)

 

EURL, SARL, SASU ou SAS ? Chacune de ces formes de société comporte ses caractéristiques propres. L’une d’elles correspond forcément à votre projet de salle de sport. Nos experts sont à votre écoute pour vous aider à faire le meilleur choix et vous soutenir dans vos démarches de création. 

Salle de sport indépendante ou salle en franchise ? 

Avec une salle indépendante, vous prenez seul les grandes décisions pour gérer et développer votre business. Taille de votre structure, niveau de confort, type d’équipements, c’est vous qui choisissez ! Ainsi, vous pouvez opter pour une salle de fitness « low-cost », avec un matériel de base et des tarifs abordables. À l’inverse, vous pouvez parier sur un service plus luxueux, en proposant des options originales (sauna, matériel de marque, accès à un coaching individuel, etc.).  

Si vous optez pour une salle de sport en franchise, vous ne pourrez pas être aussi autonome et ne serez pas libre dans vos décisions stratégiques. En revanche, vous profiterez de nombreux avantages :  

  • Vous bénéficiez de la réputation et d’un apport du franchiseur dès votre lancement 

  • La franchise vous permet d’acquérir du matériel de sport et de musculation à des tarifs réduits  

  • Le franchiseur peut vous aider dans la gestion de votre salle de sport (management, gestion des finances, etc.) 

  • Vous recrutez plus facilement des employés, grâce à la renommée de la chaîne 

En contrepartie, vous aurez l’obligation de respecter les directives et l’image de marque de la franchise. Pensez aussi que vous verserez chaque année une partie du chiffre d’affaires (CA) à la maison-mère. 

Notez enfin que si vous êtes franchisé, vous n’aurez généralement pas le choix de la forme juridique pour votre salle de sport. Cette décision est dans bien des cas prise directement par le franchiseur lui-même. 

Bon à savoir

Les salles de sport indépendantes prennent généralement la forme juridique d’une SARL. La gestion d’une SARL est en effet plus simple pour l’entrepreneur. En revanche, en franchise, la forme la plus courue est la SAS, selon le nombre de franchises ouvertes. 

 

Ouvrir une salle de sport : la réglementation à respecter 

Tout le monde peut se lancer : aucun diplôme n’est en effet requis pour devenir gérant d’une salle de sport ! En revanche, un tel projet demande une bonne dose de rigueur à la vue des multiples réglementations qui entourent le domaine. 

Attention, les informations qui suivent sont généralistes. Notez bien que des règles spécifiques peuvent s’appliquer si votre salle de sport est spécialisée : sports de combat, gym, danse, crossfit, etc. 

Les obligations sur le plan du personnel  

On vous le disait, tout le monde peut gérer une salle de sport. En revanche, le personnel encadrant (coach, éducateur sportif, enseignant spécialisé dans une discipline) doit obligatoirement disposer d’une formation reconnue par l’État. En effet, le Code du sport oblige les personnes voulant encadrer, enseigner, entraîner ou animer une activité physique à obtenir et présenter :  

  • Un diplôme 

  • Un titre à finalité professionnelle  

  • Un certificat de qualification professionnelle 

Concrètement, il peut s'agir d’un master en STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), un BPJEPS (Brevet Professionnel de la Jeunesse, de l’Éducation Populaire et du Sport) ou d’une licence professionnelle Métiers de la forme

Information importante

Pour exercer, un éducateur sportif a l’obligation de se déclarer à la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale). Une fois sa déclaration enregistrée, il obtient une carte professionnelle, renouvelable tous les 5 ans. 

 

La déclaration de l’équipement 

Sur ce plan, le Code du sport vous oblige à déclarer l’équipement sportif dont vous faites usage. L'objectif est de recenser auprès des collectivités territoriales tous les équipements utilisés. En pratique, vous transmettez tous les deux ans une liste des équipements au préfet du département où votre salle est implantée.  

Vous disposez d’un délai de 3 mois à partir de la mise en service de l’équipement pour le déclarer. D’ailleurs, si vous modifiez l’équipement ou cessez de l’utiliser, deux déclarations sont établies. Une avant la modification (ou cessation) et une après ! 

Sur ce document, vous devrez préciser :  

  • L’équipement, ses caractéristiques et son affectation 

  • Le propriétaire de l’équipement (ou l’exploitant le cas échéant) 

  • En cas de modification, la nature des changements 

  • En cas de cession, le cessionnaire et la destination de l’équipement 

Le saviez-vous ?

On entend par équipement les biens immobiliers, comme un local, spécialement aménagé ou utilisé pour une pratique sportive. 

 

Les obligations d’assurance 

Peu importe la forme juridique de votre entreprise, il faut vous protéger mais aussi préserver votre personnel et vos sportifs. Vous devez donc obligatoirement souscrire une assurance de responsabilité civile professionnelle (RC Pro). Cette exigence légale offre des garanties si un accident survient dans votre salle de sport ou lors d’un exercice.  

Pour ouvrir et devenir gérant d’une salle de sport, vous devez également remplir une obligation d’honorabilité. Concrètement, il faut fournir la preuve que :  

  • Vous n’avez pas été condamné pour crime ou délit  

  • Vous n’avez pas fait l’objet d’une interdiction ou suspension administrative pour l’exercice ou la gestion d’une entreprise 

 

Les règles concernant les locaux de votre salle de sport 

Une salle de sport est considérée comme un Établissement Recevant du Public (ERP).  

Dès lors, vous êtes soumis aux règles suivantes :  

  • Garantir les normes de sécurité contre les risques d’incendie et de panique 

  • Garantir les normes d’accessibilité de vos locaux pour les personnes en situation de handicap avec les équipements adéquats 

  • Disposer d’un tableau ou d’un plan d’évacuation 

  • Afficher les diplômes, certifications, cartes professionnelles et attestations de stage 

  • Afficher les textes de garantie d’hygiène et de sécurité 

  • Afficher l’attestation du contrat d’assurance civile 

 

Bonus : les points essentiels pour ouvrir votre salle de sport avec succès ! 

L’équipement sportif : un coût à anticiper 

L’équipement fera partie des postes budgétaires les plus conséquents au moment d’ouvrir votre salle de sport. A minima, vous devrez proposer à vos clients :  

  • Des haltères, poids et barres  

  • Des bancs de musculation 

  • Des machines guidées 

  • Des tapis de course 

  • Des vélos d’intérieur 

  • Des tapis de sol 

Prenez le temps de comparer les tarifs et les offres des différents fournisseurs. Certains proposent des solutions de leasing ou crédit-bail, ce qui vous permet de conserver votre capital pour le développement de votre projet. 

L’emplacement de la salle de sport 

Choisissez l’emplacement de votre salle avec minutie. En effet, un établissement en centre-ville ou dans une zone industrielle ne va pas accueillir la même clientèle aux mêmes horaires. Un lieu passant, une zone résidentielle, un quartier d’affaires ? Dans tous les cas, évaluez la présence de la concurrence avant de vous décider. 

Vous devez aussi prévoir une surface intérieure spacieuse pour permettre aux sportifs de s’entraîner dans les meilleures conditions. L’agencement de votre salle de sport doit être optimal : espaces pour les machines, plusieurs vestiaires pour les utilisateurs, etc. 

Les horaires d’ouverture de votre salle 

Prévoyez des horaires d’ouverture attractifs pour votre clientèle. Par exemple, de plus en plus de clients se dirigent vers des salles de fitness / musculation où les équipements sont disponibles 24h/24 et 7j/7. 

Au contraire, si vous privilégiez un accompagnement personnalisé pour vos clients, les horaires d’ouverture de votre salle seront plus restreints. 

Le prix des abonnements 

En règle générale, les salles de sport proposent plusieurs formules d’abonnement aux clients. Elles peuvent être mensuelles ou annuelles et comporter des options (accès illimité, cours inclus, programme personnalisé, etc.). Ces abonnements peuvent aussi être avec ou sans engagement.  

Vous pouvez également proposer des tickets d’entrée à l’unité ou à la semaine, afin d’adapter votre offre au maximum. Attention, la détermination des tarifs pour les services de votre salle de sport est primordiale. Le chiffre d’affaires de votre business repose en grande partie sur ces ressources. 

Veillez à bien indiquer vos prix, en euros et sans frais caché, au public. Affichage à l’entrée de la salle, sur votre site web ou sur des documents publicitaires : vous avez le choix ! 

Bon à savoir

Les abonnements mensuels varient entre 25 et 90 € dans la majorité des salles de sport. Tout dépend de votre offre et des services proposés. 

 

La diversification de votre offre 

Pour augmenter votre chiffre d’affaires, vous pouvez proposer d’autres produits / services, en plus des abonnements mensuels : 

  • La vente de produits dérivés à votre clientèle (tee-shirts, serviettes de sport, sacs, etc.) 

  • La vente d’aliments et de boissons au sein de votre salle de sport (barres protéinées, boissons énergisantes, protéines en poudre, etc.) 

  • La mise en place de services optionnels payants (cours collectifs, activités sur mesure, suivis alimentaires, etc.) 

L’image de marque 

Communiquer sur l’activité de votre salle est essentiel pour vous faire connaître dans le milieu du fitness. Pour développer votre business, vous pouvez : 

  • Créer un site web pour votre salle de port et investir les réseaux sociaux. Notez qu’un compte Instagram sera l’option la plus adaptée dans le domaine sportif 

  • Nouer des partenariats avec des sportifs professionnels, des influenceurs ou personnalités fitness 

  • Proposer des événements inédits pour les abonnés de votre salle (compétitions, rencontres avec des coachs fitness, conseils pour les clients, etc.) 

 

Vous connaissez désormais la marche à suivre pour débuter dans le fitness en ouvrant votre salle de sport. Peur de vous y perdre ? Les équipes de Simplitoo sont là pour vous accompagner dans la création de votre société. Concentrez-vous sur votre projet, nous gérons la paperasse à votre place ! 

L’article "Ouvrir sa salle de sport : le guide étape par étape" a été noté 0 sur 5 sur 0 avis d'internautes.

L'article vous a intéressé ? Faites-le nous savoir !

74